Inscrivez-vous pour revevoir gratuitement notre newsletter

Retrouvez la dernière lettre en ligne
Professionnels :
Universimmo-pro.com : un site spécialement conçu pour les professionnels de l'immobilier universimmo-pro.com
Un site spécialement conçu pour vous : dossiers, actus, jurisprudence, etc.
cliquez ici

Pour recevoir gratuitement le sommaire de la lettre pro cliquez ici
Le Forum de discussion
L'ancien Forum (fermé)
Consultation juridique en ligne
Des réponses à vos questions...
Nos Services "A la Carte"
Nos Dossiers d'Actualité
La Revue de Presse
Le Dico de l'immobilier
Le Guide Juridique
Le Guide Bâtiment
Les Dossiers
Les Fiches Pratiques
Sites utiles de l'immobilier
Indices et chiffres clés
Ce site est membre de
Fédération Française de l'Internet ImmobilierAssociation Planète copropriété
Retour à la page d'accueil principale I Accédez directement aux forums
Rechercher sur UniversImmo.com
ACTUS

Immobilier : la France de propriétaires serait-elle en train de perdre les classes moyennes ?


Le 19/2/2010
Imprimer cet Article Envoyer cet Article a un(e) ami(e) Voir nos autres Articles
Imprimer cet Article Envoyer cet Article a un(e) ami(e) Voir nos autres Articles

UI - Actus - 19/2/2010 - Immobilier : la France de propriétaires serait-elle en train de perdre les classes moyennes ?
Le slogan du président de la République ferait-il long feu ? Pas vraiment dans la cible de la politique en faveur de l'accession sociale, les classes moyennes, qui fournissaient les plus gros bataillons de propriétaires, peinent à suivre l'envolée des prix de l'immobilier et des charges associées, et un tiers d'entre elles décroche ! En effet, selon une étude réalisée pour le compte de la CFE-CGC (Confédération française de l'encadrement), 28,4 % des ménages de la classe moyenne inférieure ont perdu leur statut de propriétaire lors de leur dernier déménagement. La crise économique n'y est évidemment pas étrangère (pertes d'emplois, réductions d'horaires et d'heures supplémentaires), mais le tassement et la précarisation des revenus salariaux, combinés à l'augmentation des dépenses contraintes, paupérisent depuis plusieurs années des classes moyennes, par ailleurs bénéficiaires que d'une faible part des aides publiques ou fiscales...
En savoir plus ?
Decouvrez toutes les ressources liées au thème "Suivre les tendances de l'immobilier"
A lire également...
L'immobilier sera-t-il demain comme avant la pandémie ?
31/12/2020
Immobilier résidentiel : quels scénarios pour la sortie de crise ?
30/3/2020
Crises sociales : comment l'immobilier contribue à la fracturation de la société
26/12/2019
Hausse continue des prix de l'immobilier : un débat biaisé
9/9/2019
Où va le marché immobilier résidentiel ?
21/5/2019
Nos dossiers
Les certifications et labels
19/5/2001
Intitulée "Le logement, facteur d'éclatement des classes moyennes ?" (1), l'étude a été menée en 2009 auprès de 4.000 actifs âgés de moins de 65 ans par deux chercheurs de l'université Paris-Dauphine : François Cusin (Maître de conférences) et Claire Juillard (Chercheuse associée), avec la collaboration de Denis Burckel (Professeur associé). Elle révèle que le logement est désormais un élément de clivage au sein même des classes moyennes et de décrochage d'environ un tiers d'entre elles. "Plus précaire du fait de la faiblesse de son pouvoir d'achat et de la fragilisation de son parcours professionnel, la classe moyenne inférieure peut se trouver en situation de propriété captive", y est-il notamment indiqué.


Un groupe social menacé par le déclassement



Ayant pour principale caractéristique le fait de n’appartenir ni aux classes populaires ni à la fraction la plus riche de la société, représentant selon les approches de 40% à 60% de la population active, les classes moyennes ont pendant les "Trente glorieuses" été les principales bénéficiaires du développement économique et ont connu des parcours résidentiels ascendants "massivement marqués par l’amélioration des conditions de logement et l’accession à la propriété".

Après trois décennies de mutations économiques violentes, le corps social qu'elles constituaient est en train d'éclater et le logement, "autrefois garant et marqueur d’une distinction de classe", nous dit l'étude, devient un "puissant facteur de différenciation interne".

Des décalages croissants se constatent entre statut social et conditions matérielles de vie, créant un "malaise résidentiel" et de nombreuses frustrations et insatisfactions. Les difficultés d’accès à la propriété que rencontre de plus en plus une part de ménages des classes moyennes est évidemment une source majeure de frustration.

Le phénomène touche en premier lieu le tiers "inférieur" des classes moyennes, c’est-à-dire des professions intermédiaires, voire des cadres qui gagnent moins de 1.800 euros nets par mois. Cette tranche représente selon l'étude un gros tiers des classes moyennes et 17% de la population active.

Le risque de déclassement est durement ressenti par cette fraction des classes moyennes marquée par une nette sur-représentation des femmes, des jeunes, des célibataires et des familles mono-parentales. Les principales causes de décrochage trouvent leur explication dans la fragilisation des parcours professionnels, avec son lot de chômeurs, salariés précaires et travailleurs déclarant un temps partiel subi. La baisse du pouvoir d’achat aussi est en cause. Elle résulte de la faible progression des revenus - parfois même leur baisse sous l'effet de la crise économique (réductions d'horaires et suppression d'heures supplémentaires, disparition de primes ou baisse des rémunérations variables, etc.) - et de la hausse des dépenses contraintes, en particulier de l’augmentation du coût du logement, mais pas seulement.

"Sur le plan résidentiel comme sur le plan professionnel, l’ascenseur n’est pas seulement en panne, pour certains, il descend", indique l'étude.


Des catégories qui ne bénéficient pas de l'accession sociale



Les chiffres parlent d'eux-mêmes : 42% seulement des membres des classes moyennes inférieures voient leurs revenus augmenter au moins "lentement", quand deux tiers les voient stagner (44%) ou diminuer (12%). 65% se sentent financièrement "un peu justes" et 19% se sentent "en difficulté". Au demeurant, aucune des tranches de classes moyennes ne voit ses revenus augmenter rapidement, pas plus que dans les autres catégories sociales à l'exception de celle des "hauts revenus" où ils sont 3,6%, et 17% à s'estimer "très à l'aise" !

C'est aussi dans les classes moyennes inférieures que l'on trouve un autre facteur de frustration : le plus fort taux d'écart entre la progression des carrières et celle des revenus...

Le malaise résidentiel des classes moyennes trouve un de ses symptômes les plus aigus dans les difficultés d’accès à la propriété que rencontre une part croissante de ménages de ces catégories. Après dix années de flambée des prix immobiliers, sans les aides qui bénéficient aux catégories à plus faibles revenus, le taux d'effort atteint 40%, soit à un niveau supérieur aux seuils tolérés par les banquiers pour l’accès à un prêt immobilier.

Or la propriété reste pour les classes moyennes un symbole de réussite. "C’est bien plus qu’un investissement patrimonial. C’est un véritable statut social" constatent les auteurs. Le phénomène nouveau est que la classe moyenne inférieure ne peut plus y accéder et "décroche". Elle va même jusqu’à partager le sort des classes populaires, avec son taux de propriété inférieur à 40%, contre respectivement 54% et 63% pour les classes moyennes intermédiaire et supérieure, juste un peu supérieur à celui des employés (36%) et des ouvriers (37%)...

Lorsqu’elle peut finalement accéder à la propriété, la classe moyenne inférieure peine à payer ses charges et ses remboursements de prêts. Jusqu'à ne plus pouvoir continuer ! Le dernier rapport de la Fondation Abbé Pierre révèle un taux de 28,4% de ménages confrontés à la perte du statut de propriétaire lors de leur dernier déménagement !


La perte du statut de propriétaire, signe et facteur de décrochage



Le phénomène est nouveau par son ampleur. Il révèle que la propriété n’est plus un aboutissement, ni même une garantie, et que les classes moyennes peuvent désormais connaître des parcours résidentiels descendants ! Avec ce taux record, la classe moyenne inférieure non seulement décroche de nouveau par rapport aux classes moyennes intermédiaire et supérieure, mais elle s’avère encore plus sensible que les classes populaires aux aléas de la vie, en l’occurrence à l’instabilité professionnelle et familiale qui, avec l’insuffisance des ressources et la perte d’emploi, sont au motif de la perte de la propriété. En effet, chez les employés, le taux de perte du statut de propriétaire n'est "que" de 23%, et chez les ouvriers de 22%...

Si l’on considère que l’aspiration à la propriété est plus forte encore chez les classes moyennes que parmi l’ensemble des Français, les difficultés rencontrées par une part croissante de leurs ménages révèlent un décalage entre les moyens et les aspirations. Le malaise résidentiel est d’autant plus symptomatique qu’il va jusqu’à fragiliser une part croissante des classes moyennes dans leur statut social même. Du coup, la classe moyenne inférieure se replie vers une offre réputée chère, le parc locatif privé, plutôt que vers le parc social, qu'elle répugne à envisager soit par méconnaissance de ses droits, soit parce que ce parc reste synonyme de déclassement. Il ne sont ainsi que 11% à aller dans le social là où les employés y vont à 18% et les ouvriers à 16%. Il est vrai que dans les zones de pénurie, il ne sont pas prioritaires...

Malgré leurs difficultés à se loger à la hauteur de leurs aspirations, les ménages les plus modestes des classes moyennes, par leur refus du HLM font, au prix d'un taux d'effort pour le logement supérieur à celui des autres catégories, des choix résidentiels qui leur permettent de maintenir une bonne distance vis-à-vis des classes populaires. Ils réaffirment ainsi ce qui, même dans la tourmente, continue de les différencier des classes populaires, à savoir leur statut social.


Un océan d'insatisfaction



Les classes moyennes ne manquent pas de motifs d’insatisfaction vis-à-vis de leur situation résidentielle : manque d’espace (cité par 25% des personnes interrogées dans l'étude), cherté de leur logement (16%), exposition au bruit (15%), quartier peu agréable (9%), inconfort de leur habitation (7%), difficultés d’accès aux transports (20%) et au lieu de travail (13%) ainsi qu’aux commerces (12%), aux espaces verts (11%) et aux écoles (6%), soit comme le dit l'étude à tout ce qui fait le quotidien...

Les membres des classes moyennes sont 40% à avoir le sentiment de ne pas avoir amélioré leurs conditions de logement lors de leur dernier déménagement et près de 10% à avoir connu une dégradation de ces conditions. 40% voudraient changer de logement à court ou moyen terme. Mais un sur quatre doute de pouvoir mener à bien son projet de déménagement. "C’est un vrai problème dans une société de classes moyennes précisément portée par l’aspiration au progrès", notent les auteurs.

Les obstacles au projet de déménagement que les classes moyennes citent sont le niveau élevé des prix immobiliers et des loyers d’abord (31%), les incertitudes liée à la situation professionnelle (15%), l’insuffisance des revenus (14%), les difficultés d’accès au crédit (12%) et les contraintes familiales (11%).



(1) CFE-CGC, janvier 2010 : Etude "Le logement, facteur d'éclatement des classes moyennes ?", par l’Université Paris-Dauphine, François Cusin et Claire Juillard avec la collaboration de Denis Burckel
UniversImmo.com
Pour apporter un commentaire à cet Article, cliquez ici !
Commentaire posté par cocoveve31 , le 21/2/2010 à 09h24
Mon couple fait partie de cette classe maudite: faire des études pour être trop pauvre pour profiter des niches fiscales et trop riche pour ne pas avoir droit aux aides!
Si la reprise est là dans l'immobilier, je peux vous dire que l'industrie s'enfonce dans la crise (sous sommes tous les deux dans l'industrie).
Pour résoudre le problème de la crise du logement, il faudrait supprimer les niches fiscales qui gonflent les prix du neuf, supprimer les aides à la location type APL qui gonflent le prix des loyers, libérer du foncier à prix décent pour permettre la construction de logements BBC.
Mais bon, il ne faut pas rêver: nous sommes dans une France de rentiers!
La génération "Après moi le déluge" en aura bien profité...
A plus haut niveau, il faudrait créer la taxe Tobin pour empêcher la spéculation qui détruit nos emplois : une belle utopie.

Je suis amer: ce n'est pas la vie que j'avais rêvé...
Commentaire posté par BM31 , le 20/2/2010 à 11h45
PARADOXAL !
Et pourtant, à écouter les professionnels, "l'immobilier repart, la crise est terminée, les acheteurs sont de retour, le marché se relève...".

Alors qui achète et qui va acheter ? Sachant que les plus aisés ne représentent qu'une minorité des acheteurs.

Et hélas, la plupart du temps, la classe moyenne est également celle qui est la moins bien informée sur les mécanismes de l'immobilier et de l'économie. Grapiller quelques dixièmes de % du taux, pour un bien surévalué de 20 ou 30%...
Les 5 avantages à acheter un bien immobilier dans le neuf
Vous avez le projet d'acheter un appartement ou une maison ? Vous hésitez entre un achat dans l'ancien ou dans le neuf ?Retrouvez un large choix de programmes immobiliers neufs sur Superimmoneuf.com et découvrez ici les 5 avantages d'un achat dans le neuf.
Lire...


Encadrement des loyers à Paris : le loyer qu'on vous propose est-il conforme?
Comment calculer le plafond applicable, que faire si le loyer proposé dépasse le plafond, le complément de loyer éventuellement demandé est-il justifié? Nous vous aidons à répondre à ces questions dans un dossier détaillé, et plus s'il le faut...
Lire...


Professionnels :
Universimmo-pro.com : un site spécialement conçu pour les professionnels de l'immobilier
universimmo-pro.com
Un site spécialement conçu pour vous : dossiers, actus, jurisprudence, etc.
cliquez ici

Pour recevoir gratuitement le sommaire de la lettre pro cliquez ici
Actualité et veille juridique : découvrez la
lettre du professionnel immobilier
!



Droit de réponse !!!
Vos remarques et suggestions
1 article, 1 livre ou 1 info à nous signaler ?
1 expérience à faire connaître ?

Faire connaître ce site à un(e) ami(e)?


Notre Ethique
Nos Garanties


achat immobilier acquéreur immobilier acte authentique administrateur de bien AFU et AFUL agence immobilière agent immobilier aides au logement annexion de parties communes annonces immobilières appartement article 17c article 20 article 24 article 25 article 26 article 42 ascenseur ASL assainissement assemblée générale association syndicale assurance audit énergétique bail bail commercial bailleur bâtiment bénéfice industriel et commercial (BIC) Besson boîte aux lettres Borloo budget prévisionnel cadastre cahier des charges carnet d'entretien immeuble Carrez caution certificat d'économie d'énergie (CEE) Censi-Bouvard charges locatives charges récupérables colocation combles commission d'agence commission compromis de vente compte bancaire séparé comptes concierge condition suspensive congé conseil syndical contrat de syndic copropriétaire copropriété crédit immobilier détecteurs avertisseurs autonomes de fumée (DAAF) défiscalisation dégât des eaux Demessine dépôt de garantie détecteur de fumée diagnostic dossier de diagnostic technique dommages-ouvrage diagnostic de performance énergétique (DPE) droit de préemption Duflot économie d'énergie éco-prêt à taux zéro éco-PTZ employé d'immeuble encadrement des loyers entretien d'immeuble étanchéité état des lieux expertise expert judiciaire fenêtre feuille de présence fiscalité immobilière foncier fonds de prévoyance fonds de roulement fonds travaux Forum fuites garantie financière garantie loyers impayés gardien gestion locative gestionnaire d'immeuble Girardin Grenelle garantie des risques locatifs (GRL) honoraires Hypothèque immeuble neuf immobilier immobilier ancien immobilier neuf impayés locatifs incitation fiscale indemnité d'assurance indemnité d'occupation indices de révision des loyers IRL les charges - le budget Lienemann location location meublée logement loi 89 lotissement loueur en meublé non professionnel (LMNP) loueur en meublé professionnel (LMP) loyer majorité mandat mandat de gestion marché immobilier meublé mitoyen niches fiscales offre d'achat parties communes peinture au plomb permis de construire permis de construire plan comptable plus-value préavis réduit président prêt à taux zéro (PTZ) prêt immobilier privilège procès verbal promesse de vente PTZ+ questionnaire notaire quorum ravalement RCP règlement de copropriété rénovation rénovation thermique rentabilité résolution revenus fonciers Robien RT 2005 RT 2012 saturnisme valeur locative Scellier SCI secrétaire de séance servitude SHOB SHON sinistre société civile subvention surface de plancher surface habitable syndic syndicat des copropriétaires taxe d'habitation taxe foncière termite toiture - terrasse transaction travaux unanimité vendeur immobilier vente immobilière VMC


 
Accueil I Copropriétaires I Bailleurs I Locataires I Actualité I Revue de Presse I Dossiers I Lexique I Guide Technique I Fiches Pratiques I Forums
Site pour les professionnels UniversImmo-Pro.com
I Partenaire formation d'Afpols

Copyright © 2000-2021 UniversImmo - SAS AEDév - tous droits réservés - n°Commission paritaire 1122 W 90656.
Informations légales I Conditions générales de vente I Votre publicité sur Universimmo.com I Contactez nous