Rappel : le Forum d’Universimmo a migré sur cette nouvelle plate-forme en 2009.
Le forum ancienne version (36545 membres, 65355 sujets et 524136 messages) reste accessible ici
             
Inscrivez-vous pour revevoir gratuitement notre lettre hebdo

Retrouvez la dernière lettre en ligne
Professionnels :
Universimmo-pro.com : un site spcialement conu pour les professionnels de l'immobilier
universimmo-pro.com
Un site spécialement conçu pour vous : dossiers, actus, jurisprudence, etc.
cliquez ici

Pour recevoir gratuitement le sommaire de la lettre pro cliquez ici
Le Forum de discussion (nouveau)
Le Forum ancienne version
Consultation juridique en ligne
Des réponses à vos questions...
Nos Services "A la Carte"
Nos Dossiers d'Actualité
La Revue de Presse
Le Dico de l'immobilier
Le Guide Juridique
Le Guide Bâtiment
Les Dossiers
Les Fiches Pratiques
Sites utiles
Indices et chiffres clés

Ce site est membre de
Fédération Française de l'Internet ImmobilierAssociation Planète copropriété
Le Droit Pour Moi
Comment récupérer les loyers impayés de votre locataire ?
  Abonnez-vous à nos flux RSS. Les flux RSS permettent d’être informé automatiquement des dernières publications du Forum UniversImmo
Universimmo.com
Identifiant:
Mot de passe: Se souvenir de moi?
Mot de passe oublié?

 Sélectionnez un thème:
 
Accueil | Portail | S’enregistrer | Sujets actifs | Recherche | FAQ  
Sondages actifs | Sujets sans réponse | Règles du forum

 Tous les forums
 Bailleurs
 Appel à expériences similaires bailleurs
 TIPP: Dégats des eaux + Convention Cidre ...
Imprimer le sujet Imprimer le sujet
Partager ce sujet Partager ce sujet
  Tous les utilisateurs peuvent poster de NOUVEAUX sujets dans ce forum
  Tous les utilisateurs peuvent répondre aux sujets dans ce forum
 
Auteur
Sujet précédent Sujet Sujet suivant  

rédaction Universimmo
Contributeur senior

880 message(s)
Statut: rédaction Universimmo est déconnecté

Posté - 22 mai 2009 :  08:36:41  Lien direct vers ce sujet  Voir le profil
Sujet posté dans forum ancienne version http://www.universimmo.com/forum/to...PIC_ID=26896 par Joulia Posté - 11 juin 2005 : 17:54:28

Le sujet étant récurrent et entraînant nombreux conflits entre locataires / bailleurs / syndic, voici un résumé de textes, articles et discussions sur la question pouvant apporter un début de réponse aux personnes faisant face à ce genre de tracas ...

Tout d'abord, quelques liens
Fédération Française des Sociétés d'Assurances

Dégat des eaux à lire :
Convention cidre
INC Fiche pratique : l'assurance dégat des eaux

Articles et discussions sur le forum UI
Dégât des Eaux - Convention Cidre
dégât des eaux et départ
dégâts des eaux-convention CIDRE
Dégât des eaux

enfin un bouquin à connaitre:
L'assurance dans l'habitat

N'oubliez pas qu'un dégât des eaux doit être déclaré à l'assurance par le locataire dans les 5 jours !
Ceci n'a pas la prétention de couvrir le sujet pour votre cas précis ni de donner les solutions miracles, mais au moins, vous serez plus armés pour mener vos discussions avec les différents interlocuteurs. Pour être passée par là, c'est un vrai parcours de combattant

Je rajoute 2 liens donnés par Eastpack dans un autre topic sur le même sujet, à propos des médiateurs (mais dernier recours après avoir épuisé toutes les réclamations possibles auprès de votre compagnie d'assurance):

Depuis le 1er octobre 1993, les particuliers en litige avec une compagnie d'assurance peuvent faire appel à un médiateur indépendant dont l'intervention est rapide et gratuite.
Personnalité extérieure à la compagnie d'assurance, le médiateur ne peut être saisi que si le litige persiste après épuisement des procédures internes de traitement des réclamations et à la condition que la voie judiciaire n'ait pas déjà été choisie par l'assuré.
Service public ::Assurances : recours amiables (interne, médiateur ou arbitrage)
FFSA : le système Médiation

Modèles de lettre pour saisir le médiateur en assurance :
Modèle 1
Modèle 2


-----------------------
Ajout par aie mac Posté - 17 déc. 2006 : 16:02:53

Il est fréquent, après un dégât des eaux dans un immeuble, qu’un occupant lésé s’interroge au moment d’être indemnisé : « mais pourquoi est-ce mon assureur qui paye, alors que ce devrait être le responsable ? ». Il est là confronté à la CIDRE, convention qui parait jeter aux orties les éléments les plus établis du droit.
Il me parait donc nécessaire, préalablement à l’explication du mécanisme de cette convention, de rappeler succinctement les fondements de ce droit et les mécanismes qu’il engendre.

Le code civil

Nous vivons en société organisée répondant à des règles acceptées par tous, qui définissent les droits et devoirs de chaque citoyen. Suivant les faits ou actes accomplis entrent en jeu différents codes(pénal, civil, commerce, urbanisme…). Les règles qui vont nous intéresser ici sont celles du code civil, et en particulier celles qui se rapportent aux responsabilités. Elles peuvent être de 2 natures :
- la responsabilité contractuelle : qui dérive d’un contrat, et dans notre propos il s’agira principalement du contrat de bail, dont les droits et obligations sont encadrées par les articles 1715 et suivants du CC, et les lois dérivées (87/89/94).
Il peut aussi s’agir de la responsabilité d’une entreprise pour l’ouvrage ou la prestation qu’elle a réalisé (1792 et suivants, 1142 et suivants…)
- la responsabilité délictuelle : qui dérive d’un état ou acte accompli en dehors de tout lien contractuel, encadrée par les articles 1380 et suivants (principalement).

L’application de ces règles

Ces différents articles permettent de définir les responsabilités en cause (ou non) lors de la survenance d’un dommage occasionné par le fait de l’homme ou d’un bien dont il a la garde.
Ils imposent au responsable ainsi identifié de dédommager le lésé. Tel est le cas dans la survenance d’un dégât des eaux.
Les litiges se règlent usuellement à l’amiable, c'est-à-dire d’un commun accord des parties concernées. A défaut d’accord, les tribunaux peuvent être amenés à trancher le différend. Mais dans les 2 cas, la règle du jeu est la même.

L’intervention des assureurs.

Leur rôle est de permettre à chacun, moyennant une cotisation appropriée, d’être remis dans l’état où il se trouvait avant le sinistre. Leur intervention est là aussi de 2 natures :
- l’assurance de dommages (ou de choses) : l’assureur garantit à son client une indemnité pour le préjudice qu’il subit. Les modalités et conditions d’indemnisation sont précisément définies par les clauses du contrat (conditions générales)
- l’assurance de responsabilité : l’assureur indemnise le préjudice occasionné par son client, en fonction de sa responsabilité telle qu’elle est définie par les articles du Code Civil. Les contrats distinguent les garanties accordées pour la responsabilité (contractuelle ou délictuelle) découlant de l’occupation et/ou la possession d’un immeuble (RC habitation) de celle découlant des autres évènements (RC familiale, ou chef de famille).

La procédure d’indemnisation en droit commun

Je me limiterai à la procédure amiable, la voie judiciaire sortant du cadre de mon propos, et m’appuierai sur un cas simple mettant en cause 2 parties, assurées. (cette procédure ne se limite bien sûr pas aux seuls dégâts des eaux, mais s'étend à tous les sinistres engageant une responsabilité)

Lorsqu’un responsable occasionne un dommage aux biens d’un lésé :
1/ un constat ou déclaration établi conjointement est adressé aux assureurs respectifs.
2/ l’assureur du lésé indemnise celui-ci dans le cadre de ses garanties contractuelles. Si une franchise est prévue, elle est appliquée.
3/ cet assureur est alors subrogé dans les droits de son assuré, et présente sa créance au responsable, qui doit payer. (en cas de défaut de garantie, l’assureur présente ce recours au nom du lésé)
4/l’assureur en responsabilité intervient alors au titre de son contrat, et honore le recours. Si une franchise est prévue au contrat du responsable, elle est opposée au créancier.
5/ l’assureur du lésé réclame le montant de sa franchise au responsable. Simultanément, il rembourse à son propre assuré celle qu’il lui a initialement déduite.

Mais encore faut-il être d’accord sur le montant de la réclamation. Pour ce faire, des experts mandatés par chaque assureur concerné organisent une réunion commune, dite contradictoire, et portent sur un procès-verbal les causes et circonstances du sinistre, et le montant des dommages.
C’est sur la base de ce document que l’assureur du lésé présente son recours, dont le bien-fondé peut être discuté par l’assureur RC en fonction des causes et circonstances relatées.

Bon, et la CIDRE, dans tout ça ?

Vous conviendrez sans doute que l’ensemble des opérations précédentes implique une gestion assez lourde, et des frais induits qui peuvent être disproportionnés par rapport au montant du sinistre. Les sinistres « dégât des eaux » qui représentent environ 60% du nombre des dossiers de masse génèrent ainsi des frais en rapport avec le volume traité.
En gestionnaires avisés des cotisations de leurs clients (), les assureurs ont cherché à diminuer l’impact du coût induit de ces dossiers ; après études statistiques, ils ont établi et signé entre eux une convention, dite CIDRE, qui vise à cette économie tout en préservant les intérêts des clients et le respect du droit des lésés.

Les principes de la convention

Elle trouve un large champ d’application, couvrant des causes précisément énoncées, pour des dommages matériels n’excédant pas 1600 € ht par lésé.
La détermination conventionnelle du lésé se limite à :
- soit l’occupant, pour le contenu et l’ensemble des embellissements, que celui-ci les ait réalisés ou non.
- soit la collectivité (ou le propriétaire unique) pour les dommages aux parties immobilières privatives ou communes.
- les dommages sont pris en charge par l’assureur du lésé conventionnel, sans recours contre le responsable, et sans application de la franchise pour l’assuré.

Les exceptions et limitations sont clairement énoncées, ainsi que les actions en remboursement.

Cette convention s’impose à tous les assureurs signataires avant tout autre texte ; elle prévoit les pénalités éventuelles (pour les assureurs) en cas de retard ou de dérive judiciaire injustifiée.
Autrement dit, même si vous êtes lésé, l'assureur n'a strictement aucun intérêt à sortir des clous...

La procédure d’indemnisation en CIDRE

1/ le constat établi conjointement est adressé à chaque assureur.
2/l’assureur du lésé conventionnel indemnise les dommages, avec ou sans expertise préalable, sans application de la franchise contractuelle (sauf exception).
3/ c’est tout.
y a pas photo.

Quel assureur vous indemnise ?

Je ne m'étendrai pas sur les actions en remboursement et recours, qui, une fois qu'ils sont subrogés, ne concernent que les assureurs.
L’assureur auquel vous allez faire appel sera, suivant que vous soyez lésé et :

- locataire non responsable des dommages : votre assureur MRH, pour le mobilier et tous embellissements.
exceptions :
a/ vous avez ou allez donné (ou reçu) votre congé
b/ votre propriétaire s’oppose formellement que vous vous chargiez des travaux
c/ vous refusez de vous en occuper
d/ vous n’êtes pas assuré.
e/ vous louez un meublé
Dans ces cas, l’assureur de l’immeuble interviendra directement.
Si c/, il exercera une action en remboursement auprès de votre assureur.
Si d/, vous êtes fautif et votre bail peut être résilié de plein droit (mais ça n'a rien à voir avec la CIDRE).
f/ les dommages excèdent 1600 € ht, et certains embellissements préexistaient à votre entrée dans les lieux : l’assureur de l’immeuble interviendra pour ces embellissements (ce de façon à retomber sous la barre des 1600€).
g/ les dommages immobiliers > 240€ ht seront pris en charge par l’assureur de l’immeuble. Il en sera de même si, <240 € ht, ce montant fait passer les dommages >1600 € ht.

- locataire responsable du sinistre : réponses identiques, mais votre assureur peut appliquer votre franchise contractuelle pour les dommages à vos biens.
Si d/ outre la résiliation du bail, vous êtes susceptibles de devoir subir le recours des assureurs des lésés (vous payerez le sinistre dans sa totalité).

- copropriétaire occupant : vous pouvez indifféremment vous tourner vers votre assureur personnel (préférable) ou celui de la collectivité. Pour les dommages immobiliers privatifs, l’assureur de la collectivité pourra intervenir directement.

- copropriétaire bailleur :
1/ le logement est vacant ; votre assureur personnel prend en charge les embellissements.
2/ le logement est loué : l’assureur du locataire intervient.
exceptions
a/ votre locataire a donné ou reçu son congé.
b/ vous vous opposez formellement que votre locataire effectue les réparations **
c/ votre locataire refuse d’intervenir
d/ votre locataire n’est pas assuré
e/ vous louez un meublé
votre assureur personnel ou celui de la collectivité interviendra alors pour vous indemniser.
Pour le cas d/, la franchise contractuelle pourra vous être opposée si ce locataire est le responsable.
f/ les dommages excèdent 1600 € ht et certains embellissements préexistaient à l’entrée dans les lieux de votre locataire : l’assureur de la collectivité intervient alors pour la prise en charge de ces derniers, ainsi que dans tous les cas où les dommages immobiliers sont >240 €ht.
**cas b/ si votre locataire prouve qu’il a bien effectué les travaux, il sera malgré tout indemnisé.

- propriétaire bailleur: vous vous adressez à votre assureur (celui de l'immeuble, donc)
a/ pour tous les dommages immobiliers d'un montant >240€ ht dans le logement de l'un de vos locataires
b/ pour les dommages aux embellissements préexistants dans ce logement si le cumul de leur montant avec ceux réalisés par celui-ci (et le mobiler endommagé) excède 1600 € ht.
c/ pour tous les dommages (hors mobilier) dans le logement d'un locataire qui a reçu (ou donné) son congé.
d/ pour tous les dommages (hors mobiler) dans le logement de votre locataire non assuré.
e/ vous louez en meublés
si vous êtes responsable du sinistre, ou si le responsable est c/ ou d/, vos dommages seront indemnisés contractuellement (donc avec application de la franchise si elle existe). dans ce cas c/ seulement, vous pourrez retenir le montant de cette franchise sur la caution de votre locataire. dans le cas d/ également (et le bail pourra être rompu de droit).
si un locataire hors c/ ou d/ est responsable, vos dommages seront indemnisés conventionnement (donc sans franchise)

pour les dommages immatériels
ils s'ajoutent, dans les mêmes cas de figure, aux 1600€ ht des dommages matériels.
si ces dommages immatériels sont >800€ht, l'assureur du lésé fera un recours pour ceux-ci contre l'assureur du responsable.
s'il n'y a que des dommages immatériels et même s'ils sont <800€ht, la convention n'est pas applicable (donc recours)

voili voilou
am


*****Modération*****
Suppression des liens morts
Rajouts de liens actifs




Édité par - Numero6 le 23 mai 2009 12:10:11

 
Sujet précédent Sujet Sujet suivant  
 
Aller à:  
Imprimer le sujet Imprimer le sujet
Partager ce sujet Partager ce sujet
 
Universimmo.com © 2000-2012 AEDev Revenir en haut de la page
   












Accueil I Copros I Bailleurs I Locataires Articles I Dossiers I Lexique I Guide Technique I WWW I Fiches Pratiques I Revue de Presse
Forums I Guide Entreprises I Argus de l'Immobilier I UniversImmo-Pro.com

Copyright © 2000-2017 UniversImmo - SAS AEDév - tous droits réservés.
Informations légales | Contactez nous | Votre Publicité sur UniversImmo.com