Rappel : le Forum d’Universimmo a migré sur cette nouvelle plate-forme en 2009.
Le forum ancienne version (36545 membres, 65355 sujets et 524136 messages) reste accessible ici
             
Inscrivez-vous pour revevoir gratuitement notre newsletter

Retrouvez la dernière lettre en ligne
Professionnels :
Universimmo-pro.com : un site spcialement conu pour les professionnels de l'immobilier
universimmo-pro.com
Un site spécialement conçu pour vous : dossiers, actus, jurisprudence, etc.
cliquez ici

Pour recevoir gratuitement le sommaire de la lettre pro cliquez ici
Le Forum de discussion (nouveau)
Le Forum ancienne version
Consultation juridique en ligne
Des réponses à vos questions...
Nos Services "A la Carte"
Nos Dossiers d'Actualité
La Revue de Presse
Le Dico de l'immobilier
Le Guide Juridique
Le Guide Bâtiment
Les Dossiers
Les Fiches Pratiques
Sites utiles
Indices et chiffres clés
Ce site est membre de
Fédération Française de l'Internet ImmobilierAssociation Planète copropriété
  Abonnez-vous à nos flux RSS. Les flux RSS permettent d’être informé automatiquement des dernières publications du Forum UniversImmo
Universimmo.com
Identifiant:
Mot de passe: Se souvenir de moi?
Mot de passe oublié?

 Sélectionnez un thème:
 
Accueil | Portail | S’enregistrer | Sujets actifs | Recherche | FAQ  
Sondages actifs | Sujets sans réponse | Règles du forum

 Tous les forums
 A signaler : textes, jurisprudences, articles...
 Nouveaux textes (lois, décrets, etc.)
 Thèse de Yannik Paquet : Le lot de copropriété
Imprimer le sujet Imprimer le sujet
Partager ce sujet Partager ce sujet
  Tous les utilisateurs peuvent poster de NOUVEAUX sujets dans ce forum
  Tous les utilisateurs peuvent répondre aux sujets dans ce forum
Page précédente 
Auteur
Sujet précédent Sujet Sujet suivant
Page: de 2 

Un vieux de la vielle
Contributeur actif

100 message(s)
Statut: Un vieux de la vielle est déconnecté

 21 Posté - 20 juil. 2017 :  12:29:17  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil
Bonjour,

Je préfère l’approche de Jérôme Chambron (https://www.legavox.fr/blog/jerome-...te-16353.htm) et d’autres, que la vôtre.

Le superficiaire est bien propriétaire du volume supérieur et le tréfoncier du volume inférieur, mais contrairement à un EIC il n’est pas besoin d’un EDD en volume vu que la division en volume est naturellement délimitée verticalement par le sol.

La division en volume étant étrangère au statut de la copropriété, arrêtez d’introduire la notion de volume dans un immeuble bâti (bâtiment) pour embrouiller les cartes.

Un bâtiment collectif (et non commun), soumis au statut de la copropriété, n’est pas un cube d’air (parallélépipède cubique à arrêtes identiques) mais une construction volumétrique libre totalement étrangère à une division en volume ; au lieu de définir une partie privative (appartement entre-autre) comme un volume d'espace exploitable, encombré par des cloisons et/ou des murs porteurs (ce qui fait plusieurs volumes), tenez-vous en à une fraction d’immeuble bâti comme en dispose l’article 71-2 du décret 55-1350.

Pour un emplacement de stationnement nous avons à faire à un droit d’usage attaché à une partie privative, pour cela il suffit de consulter le Code civil ; l’usufruit donne la jouissance totale ; en revanche un droit d’usage ne permet qu’une jouissance limitée « raisonnable ».
Le cas d’emplacement détenus par des personnes n’étant pas copropriétaires, est un droit d’usage perpétuel (droit réel) détenu par une personne et non un droit accessoire à un lot de copropriété.

Cdt.


JPM
Modérateur

7199 message(s)
Statut: JPM est déconnecté

Revenir en haut de la page 22 Posté - 20 juil. 2017 :  16:40:39  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil  Visiter la page d’accueil de JPM

Jérôme Chambron traite de la division en volumes. Ce n'est pas mon affaire

Je dis, avec bien d'autres depuis presque un siècle que la partie privative d'un lot, c'est à dire l'appartement est un volume d'espace défini par le gros œuvre : gros murs et dalles si l'on retient la construction actuelle.

Grossièrement le propriétaire peut disposer du revêtement en plâtre des murs périphériques et du plafond, du revêtement de sol et des cloisons intérieures de son appartement.

Cette mince enveloppe détermine le volume.

En cas de destruction de l'immeuble, ce volume disparaît.

Le volume de M. Chambron ne disparaît jamais.

Veuillez considérer que si tant d'éminents juristes parlent d'un cube d'air à propos de la partie privative c'est certainement parce que c'est vrai.



Signature de JPM 
La copropriété sereine

Un vieux de la vielle
Contributeur actif

100 message(s)
Statut: Un vieux de la vielle est déconnecté

Revenir en haut de la page 23 Posté - 20 juil. 2017 :  18:29:16  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil
Bonsoir,

Je me permets de citer Jérôme Chambron : « Cette construction juridique prend appui sur une exception au droit d'accession (§ 1) pour aboutir à l'élaboration du droit de superficie (§ 2). »

Que certains juristes soient éminents très bien pour eux mais qu'ils n'insultent pas la géométrie dans l'espace.

Grossièrement vous me décrivez une fraction d’immeuble comme en dispose l’article 71-2 du décret 55-1350.

Dire qu'un appartement (immeuble bâti lui-même) est une fraction d'immeuble bâti (définition règlementaire) est suffisamment compréhensible sans qu’il soit besoin de compliquer les choses pour les rendre incompréhensibles.

Un volume d’air est défini par des limites tridimensionnelles ce qui n’est ni plus ni moins qu’une division en volume faisant l’objet d’un EDD en volume.

Laissez la notion de volume pour l’article 552 du code civil et pour un EIC.

Le volume d’un EIC n’est pas déterminé par une mince enveloppe.

Cdt.

JPM
Modérateur

7199 message(s)
Statut: JPM est déconnecté

Revenir en haut de la page 24 Posté - 10 août 2017 :  01:06:03  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil  Visiter la page d’accueil de JPM

Le " cube d'air " de la copropriété classique n'a rien à voir avec le volume d'espace déterminé par ses coordonnées planimétriques et altimétriques.

On vous invite à constater que dans les murs, plafonds et parquets de la partie privative de votre lot il n'y a pas grand chose de palpable vous appartenant.

Si l'immeuble est détruit il n'y a plus de partie privative donc plus de lot.

Il vous reste un droit indivis sur l'indemnité d'assurance.

Signature de JPM 
La copropriété sereine
Page: de 2 
Sujet précédent Sujet Sujet suivant  
 Page précédente  
Aller à:  
Imprimer le sujet Imprimer le sujet
Partager ce sujet Partager ce sujet
 
Universimmo.com © 2000-2012 AEDev Revenir en haut de la page
   












Accueil I Copros I Bailleurs I Locataires Articles I Dossiers I Lexique I Guide Technique I WWW I Fiches Pratiques I Revue de Presse
Forums I Guide Entreprises I Argus de l'Immobilier I UniversImmo-Pro.com

Copyright © 2000-2020 UniversImmo - SAS AEDév - tous droits réservés.
Informations légales | Contactez nous | Votre Publicité sur UniversImmo.com