Rappel : le Forum d’Universimmo a migré sur cette nouvelle plate-forme en 2009.
Le forum ancienne version (36545 membres, 65355 sujets et 524136 messages) reste accessible ici
             
Inscrivez-vous pour revevoir gratuitement notre newsletter

Retrouvez la dernière lettre en ligne
Professionnels :
Universimmo-pro.com : un site spcialement conu pour les professionnels de l'immobilier
universimmo-pro.com
Un site spécialement conçu pour vous : dossiers, actus, jurisprudence, etc.
cliquez ici

Pour recevoir gratuitement le sommaire de la lettre pro cliquez ici
Le Forum de discussion (nouveau)
Le Forum ancienne version
Consultation juridique en ligne
Des réponses à vos questions...
Nos Services "A la Carte"
Nos Dossiers d'Actualité
La Revue de Presse
Le Dico de l'immobilier
Le Guide Juridique
Le Guide Bâtiment
Les Dossiers
Les Fiches Pratiques
Sites utiles
Indices et chiffres clés
Ce site est membre de
Fédération Française de l'Internet ImmobilierAssociation Planète copropriété
  Abonnez-vous à nos flux RSS. Les flux RSS permettent d’être informé automatiquement des dernières publications du Forum UniversImmo
Universimmo.com
Identifiant:
Mot de passe: Se souvenir de moi?
Mot de passe oublié?

 Sélectionnez un thème:
 
Accueil | Portail | S’enregistrer | Sujets actifs | Recherche | FAQ  
Sondages actifs | Sujets sans réponse | Règles du forum

 Tous les forums
 Locataires
 Les charges locatives
 Bailleur classique bailleur social et charge récup
Imprimer le sujet Imprimer le sujet
Partager ce sujet Partager ce sujet
  Tous les utilisateurs peuvent poster de NOUVEAUX sujets dans ce forum
  Tous les utilisateurs peuvent répondre aux sujets dans ce forum
 
Auteur
Sujet précédent Sujet Sujet suivant  

sumotorride
Contributeur actif



103 message(s)
Statut: sumotorride est déconnecté

Posté - 08 déc. 2010 :  15:20:33  Lien direct vers ce sujet  Voir le profil
Bonjour,
Je voudrais savoir si le droit de réclamer un trop payé de charges pour un locataire avec un effet rétroactif sur cinq ans s'applique aussi à un quand le bailleur est un bailleur social.

Cordialement.
Sumo


roland MAILLET
Contributeur actif



358 message(s)
Statut: roland MAILLET est déconnecté

 1 Posté - 08 déc. 2010 :  16:22:47  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil
Bonjour sumo,

oui le délai de 5 ans s'applique aussi pour un bailleur social.

Le locataire peut réclamer le remboursement, si il est justifié

Lettre RAR précisez que sans remboursement sous 8 jours ce sera transmis au juge de proximité ( procédure gratuite )

Signature de roland MAILLET 
Roland MAILLET

RV13
Contributeur actif

210 message(s)
Statut: RV13 est déconnecté

Revenir en haut de la page 2 Posté - 09 déc. 2010 :  05:42:08  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil
bonjour

ERREUR en matière de location sociale notamment HLM, la répétition des indus obéit à la loi de 1948 où la prescription est toujours triennale! un arrêt récent de la Cour de Cassation le confirme:
cour de cassation 3ème chambre civile du 16 juin 2010 N° pourvoi
09-70354.

quelboulot
Modérateur

3567 message(s)
Statut: quelboulot est déconnecté

Revenir en haut de la page 3 Posté - 09 déc. 2010 :  08:30:58  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil
Le texte de l'arrêt de CC

citation:
http://www.legifrance.gouv.fr/affic...71&fastPos=1

Cour de cassation
chambre civile 3
Audience publique du mercredi 16 juin 2010
N° de pourvoi: 09-70354
Publié au bulletin Cassation

M. Lacabarats , président
Mme Monge, conseiller rapporteur
M. Petit, avocat général
SCP Monod et Colin, SCP Richard, avocat(s)


--------------------------------------------------------------------------------


REPUBLIQUE FRANCAISE

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS



LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant :



Sur le moyen unique :

Vu les articles 63 et 68 de la loi du 1er septembre 1948, ensemble les articles L. 442-6 et L. 442-10 du code de la construction et de l'habitation ;

Attendu, selon le jugement attaqué (tribunal d'instance de Saint-Germain-en-Laye, 29 mai 2009) rendu en dernier ressort, que M. X..., locataire d'un logement appartenant à la société d'HLM Efidis, a fait convoquer celle-ci en remboursement de charges locatives indûment payées ; que la bailleresse a soulevé la prescription triennale de l'action ;

Attendu que pour écarter l'application de cette prescription, le jugement retient que les locations d'habitation à loyer modéré sont soumises aux dispositions de la loi du 1er septembre 1948, selon l'article L. 442-6 du code de la construction et de l'habitation, que le chapitre VI dont dépend l'article 68 de cette loi concerne les sanctions et amendes civiles en cas de fraude ou d'abus dans la location, que l'action en répétition ne concerne que le surplus du loyer ou les remises d'argent ou autres imposées pour obtenir un prix du bail supérieur à celui prévu par la loi et mentionnées en début de l'article 63, que la phrase in fine de l'article 63 ne concerne pas les loyers ou charges locatives normales dont il n'est pas parlé dans tout le chapitre VI ;

Qu'en statuant ainsi, alors que toutes les sommes indûment perçues par le bailleur au titre d'une habitation à loyer modéré sont sujettes à répétition et soumises à la prescription abrégée de trois ans, le tribunal a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE et ANNULE, en toutes ses dispositions, le jugement rendu le 29 mai 2009, entre les parties, par le tribunal d'instance de Saint-Germain-en-Laye ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit jugement et, pour être fait droit, les renvoie devant le tribunal d'instance de Poissy ;

Condamne M. X... aux dépens ;

Vu l'article 700 du code de procédure civile, condamne M. X... à payer à la société HLM Efidis la somme de 2 500 euros ;

Dit que sur les diligences du procureur général près la Cour de cassation, le présent arrêt sera transmis pour être transcrit en marge ou à la suite du jugement cassé ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, troisième chambre civile, et prononcé par le président en son audience publique du seize juin deux mille dix.


MOYEN ANNEXE au présent arrêt

Moyen produit par la SCP Monod et Colin, avocat aux Conseils pour la société HLM Efidis.

IL EST FAIT GRIEF au jugement attaqué d'avoir condamné la SA d'HLM EFIDIS à payer à M. Karim X... la somme de 1.165,20 € en restitution de charges indûment perçues ;

AUX MOTIFS QUE les locations d'habitations à loyer modéré sont soumises aux dispositions de la loi du 1er septembre 1948, selon l'article L.442-6 du code de la construction et de l'habitation ; que l'article 68 de la loi de 1948 dispose que les actions en nullité et les actions en répétition de l'indu prévues au présent chapitre se prescrivent par trois ans ; que le chapitre VI dont dépend l'article 68 précité concerne les sanctions et amendes civiles en cas de fraude ou d'abus dans la location (loyer excessif, obligation de remise d'argent pour louer, refus de louer, détournement, travaux sans autorisation, abus du droit de reprise, avantages exigés…) ; que l'article 63 prévoit que toutes les sommes perçues sont sujettes à répétition ; que cette action en répétition ne concerne que le surplus de loyer ou les remises d'argent ou autres imposées pour obtenir un prix du bail supérieur à celui prévu par la loi et mentionné en début de l'article 63 ; que la phrase in fine de l'article 63 ne concerne pas les loyers ou charges locatives normales dont il n'est pas parlé dans tout le chapitre VI ; que la prescription triennale ne s'applique donc pas aux actions en répétition des charges récupérables ;
qu'en application de l'article 2277 du code civil se prescrivent par cinq ans les actions en paiement des loyers, fermages et charges locatives ; que cette nouvelle disposition soumettant à la prescription quinquennale les charges locatives a été créée par la loi du 18 janvier 2005 ; qu'auparavant la prescription trentenaire s'imposait pour les charges locatives ; que, cependant, lorsque la loi réduit la durée d'une prescription, la prescription réduite commence à courir, sauf disposition contraire, du jour de l'entrée en vigueur de la loi nouvelle, sans que la durée totale puisse excéder le délai prévu par la loi antérieure ; qu'ainsi la prescription quinquennale a commencé à courir à compter du mois de janvier 2005 sans pouvoir excéder trente ans ; que la demande de M. X... date du 31 octobre 2008 ; qu'en janvier 2005 et octobre 2008 la prescription quinquennale n'était pas encore acquise, qu'entre janvier 2001, date à laquelle la demande remonte et octobre 2008, il y a moins de trente ans ; que la prescription ne s'applique donc pas à l'action de M. X... qui est bien recevable ;

ALORS QUE les articles L.442-6 et L.442-10 du code de la construction et de l'habitation prévoient que le chapitre VI de la loi du 1er septembre 1948, qui comprend les articles 63 et 68, sont applicables aux appartements à loyer modéré ; que, selon ces dispositions, toutes les sommes indûment perçues sont sujettes à répétition et sont soumises à la prescription abrégée de trois ans ; qu'en décidant que l'article 63 ne concerne pas les loyers ou charges locatives normales mais uniquement le surplus de loyer ou les remises d'argent ou autres imposées pour obtenir un prix du bail supérieur à celui prévu par la loi et que la prescription triennale ne s'applique donc pas aux actions en répétition des charges récupérables, le tribunal a violé les textes précités.



--------------------------------------------------------------------------------

Publication : Bulletin 2010, III, n° 125

Décision attaquée : Tribunal d'instance de Saint-Germain-en-Laye du 29 mai 2009


Titrages et résumés : HABITATION A LOYER MODERE - Bail - Prix - Sommes indûment perçues - Action en répétition - Prescription triennale

En application des articles 63 et 68 de la loi n° 48-1360 du 1er septembre 1948, ensemble les articles L. 442-6 et L. 442-10 du code de la construction et de l'habitation, toutes les sommes indûment perçues par le bailleur au titre d'une habitation à loyer modéré sont sujettes à répétition et soumises à la prescription abrégée de trois ans

Textes appliqués :
articles 63 et 68 de la loi n° 48-1360 du 1er septembre 1948 ; articles L. 442-6 et L. 442-10 du code de la construction et de l'habitation


Et vous avez dit social ???

Et en plus Monsieur X est condamné au titre de l'article 700 à 2 500 euros ce qui est "énorme" au regard des sommes habituellement attribuées !!!

Signature de quelboulot 
Christophe

Location - Loi n°89-462 du 6 juillet 1989 - Décret n° 87-713 du 26 août 1987 - Décret n°87-712 du 26 août 1987 - Copropriété - Loi n°65-557 du 10 juillet 1965 - Décret n°67-223 du 17 mars 1967
 
Sujet précédent Sujet Sujet suivant  
 
Aller à:  
Imprimer le sujet Imprimer le sujet
Partager ce sujet Partager ce sujet
 
Universimmo.com © 2000-2012 AEDev Revenir en haut de la page
   












Accueil I Copros I Bailleurs I Locataires Articles I Dossiers I Lexique I Guide Technique I WWW I Fiches Pratiques I Revue de Presse
Forums I Guide Entreprises I Argus de l'Immobilier I UniversImmo-Pro.com

Copyright © 2000-2020 UniversImmo - SAS AEDév - tous droits réservés.
Informations légales | Contactez nous | Votre Publicité sur UniversImmo.com