Rappel : le Forum d’Universimmo a migré sur cette nouvelle plate-forme en 2009.
Le forum ancienne version (36545 membres, 65355 sujets et 524136 messages) reste accessible ici
             
Inscrivez-vous pour revevoir gratuitement notre lettre hebdo

Retrouvez la dernière lettre en ligne
Professionnels :
Universimmo-pro.com : un site spcialement conu pour les professionnels de l'immobilier
universimmo-pro.com
Un site spécialement conçu pour vous : dossiers, actus, jurisprudence, etc.
cliquez ici

Pour recevoir gratuitement le sommaire de la lettre pro cliquez ici
Le Forum de discussion (nouveau)
Le Forum ancienne version
Consultation juridique en ligne
Des réponses à vos questions...
Nos Services "A la Carte"
Nos Dossiers d'Actualité
La Revue de Presse
Le Dico de l'immobilier
Le Guide Juridique
Le Guide Bâtiment
Les Dossiers
Les Fiches Pratiques
Sites utiles
Indices et chiffres clés
Ce site est membre de
Fédération Française de l'Internet ImmobilierAssociation Planète copropriété
  Abonnez-vous à nos flux RSS. Les flux RSS permettent d’être informé automatiquement des dernières publications du Forum UniversImmo
Universimmo.com
Identifiant:
Mot de passe: Se souvenir de moi?
Mot de passe oublié?

 Sélectionnez un thème:
 
Accueil | Portail | S’enregistrer | Sujets actifs | Recherche | FAQ  
Sondages actifs | Sujets sans réponse | Règles du forum

 Tous les forums
 Forum spécial pour un Livre blanc s/la Copropriété
 Appel à contributions pour un Livre blanc
 Plan énergie et immobilier
Imprimer le sujet Imprimer le sujet
Partager ce sujet Partager ce sujet
  Tous les utilisateurs peuvent poster de NOUVEAUX sujets dans ce forum
  Tous les utilisateurs peuvent répondre aux sujets dans ce forum
 
Auteur
Sujet précédent Sujet Sujet suivant  

ribouldingue
Pilier de forums



15443 message(s)
Statut: ribouldingue est déconnecté

Posté - 02 nov. 2017 :  08:12:04  Lien direct vers ce sujet  Voir le profil
Pour tenter de répondre à la proposition de contribution de universimmo je choisis de me positionner sur un biais, volontairement.

y'a t'il un problème de mise en oeuvre des économies d'énergie, ou un problème spécifique des syndicats de copropriété?


Je suis propriétaires de plusieurs immeubles locatifs anciens ou très anciens et copropriétaire ou je l'ai été dans plusieurs syndicats.
Pour faire court, deja, dans un syndicat à majorité locatif (les copropriétaires sont des bailleurs), la question des isolations ne se pose jamais. L'énergie, c'est supposé être le problème, donc le souci des locataires.


Du côté locataire: Je n'ai encore jamais rencontré un de mes candidats locataires discuter sur le DPE, son résultat, sa valeur. Le DPE, on l'ignore dans 100% des cas.



Pour les immeubles que je possède, la mise en oeuvre d'une politique d'économie d'énergie à échelle humaine, c'est la rénovation des logements avec des systèmes ossature-isolant pas cher (laine de verre-placo sur les murs extérieurs et pour les toitures laine de verre et placo sous les rampants, ou laine de verre au sol si les combles sont inoccupée.
Au vu du coût de la main d'oeuvre en France, c'est deja très cher, et si on veut du locatifs pas cher (en loyer) je ne connais pas d'autre méthode.


Si je regarde maintenant en France qui (en tant que bailleur) fait du 'bon' boulot, et par exemple -à l'occasion d'une rénovation ou d'un ravalement- ajoute une ITE (isolation par l'extérieur)?
On va trouver quelques copropriétés, certes, mais deja pas dans les centre-villes ou ces techniques se heurtent à de vrais souci architecturaux et d’agrandissements des parcelles.
On trouve surtout, et ça fait râler tous les bailleurs particuliers de France , les mairies, les sociétés de HLM, qui ont des budgets pour ce faire (s'il 'y a pas le budget il suffit d'augmenter les TF et TH).
Le pire c'est que ces mêmes bailleurs publics utilisent de l'argent publics pour se payer a grand renforts d'intervenants secondaires (zero valeur ajoutée) d'immenses panneaux publicitaires proclamant que la maire, le conseil général, régional, oeuvrent pour le bien commun en investissant ici.
Quel bailleur privé trouverait l'argent pour payer un panneau à plusieurs centaines, souvent milliers d'euros?





Donc j'en viens au souci majeur d'une politique énergétique: Investir, oui, mais avec quel argent, et pour quel gain?
La finance, en France, c'est un concept pollué par beaucoup d'effets.
Le propriétaire a sans doute envie de faire des économies, mais il ne faut pas se leurrer, la question d'investir pour des économies futures ne se POSE MEME PAS.

Le propriétaire et les copropriétaires doit/doivent faire face à:

1/ La hausse des taxes foncières (pas loin de 50% en moins de 10 ans en période d'inflation nulle)

2/ La hausse des couts des travaux (Qu'on le veuille ou non, les moindres travaux commandés pour de l'entretien coutent tres cher)

3/ Les exigences de plus en plus couteuses qui grèvent les couts sans qu'aucune plus-valeur TANGIBLE ou ECONOMIE à terme ne soient visible.
Je cite ici les fameux diagnostics de plus en plus nombreux (10,11 avec le radon?), leurs couts, les modifications (il faut les refaire parce que), également l'augmentation des les mesures de sécurité (se représente t'on l'augmentation du cout d'un ascenseur en 21015 par rapport à ce qu'on imaginait en 1990?)
(idem pour les ravalements)
Les incivilités que la quasi-disparition de la police dans beaucoup de villes françaises et l'inexistence d'une justice digne de ce nom induit: feux de poubelles, graffitis, arrachages de volets dégradations de portes, vandalismes de boites à lettres, impossibilité d'imputer des dégradations lors d'un déménagement au fautif,....)

4/ L'impossibilité de plus en plus forte pour aucune structure immobilière en France à conserver du personnel, tellement les couts, les réglementations, et les risques deviennent pressants. Plus de concierge, mais des entreprises.
La suppression du poste de gardien est une source d'économie financière très importante.

5/ Les nombreux cafouillages gouvernementaux (revalorisation des factures EdF trois ans plus tard, la disparition des ampoules à filament qui fonctionnement bien pour des fluorocompacts chers, de faible durée de vie, peu recyclables, une vraie farce, les décision prises à l'unanimité sur les portiques écotaxes et qui tombent à l'eau en coutant une fortune,...).
Ces cafouillages rendent définitivement suspect tout message venant de l'état, et surtout à caractère 'écologique'.
Surtout qu'on les entend rêver à voix haute avec les 'maisons à énergie positive' qu'on fait avec notre argent... ou les champs d'éolienne, alors que la plupart des éoliennes françaises et allemandes sont restées à l'arrêt pendant presque la première moitiée de 2017 faute de vent)
On peut citer le désastre allemand, le pays soit-disant le plus écologique qui revient au charbon y compris en l'achetant aux chinois


Pour conclure, je pense qu'une copropriété, c'est tout cela avec des soucis de décision en plus, mais que le problème global est de mettre en face pour la plupart des français un gain potentiel de 15% à 30% sur 'sa consommation énergétique' avec
d'une part des couts autres qui montent en flèche, dont les taxes foncières, et qui polluent les lisibilité des buts à long terme
et chez nous une ouverture récente à la concurrence qui fait qu'en 2017 on peut économiser 15% sur sa consommation d'énergie en passant de GdF à Lampiris ou de Engie à Direct Energie.



Alors dernière piste qui se referme aussi: On a le droit de penser que tout ce que je rapporte, c'est 'la vielle génération', et qu'un immeuble en changeant de propriétaire, ou un syndicat en voyant se renouveler ses copropriétaires, va vouloir entamer les travaux nécessaires.
Peut-etre, mais aux prix ou sont, cette fois, les droits de mutations, on incite surtout les propriétaire à ne pas vendre.
Chaque cession, entre les frais divers, les rénovations qu'on accepte d'entreprendre, c'est sans doute presque un tiers d'un investissement énergétique qui part dans les caisse du Trésor public et des différents intervenants (banques, notaires, bureau de la publicité foncière, tout ce qui n'ajoute vis a vis du problème évoqué que zéro valeur ajoutée)

Édité par - ribouldingue le 02 nov. 2017 08:33:24


danmasse
Contributeur actif

France
224 message(s)
Statut: danmasse est déconnecté

 1 Posté - 02 nov. 2017 :  12:44:21  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil
Merci Ribouldingue de votre contribution fort intéressante !

De mon expérience (copropriétaire dans une résidence à chauffage collectif de 138 lots principaux - datant de 1970 -, membre du CS pendant 10 ans, dont 4 en qualité de président), je retiens ceci :

- les syndics n'ont pas une culture technique suffisante. On ne leur demande pas d'être experts dans tous les domaines, mais seulement d'avoir un esprit suffisamment scientifique pour faire le tri dans les discours que leur servent les entreprises. Par exemple, notre syndic ne faisait pas la distinction entre le circuit ECS et le circuit de distribution du chauffage central...

- les membres du Conseil Syndical ont parfois la compétence, mais leur disponibilité est réduite : soit ils travaillent encore, soit ils sont à la retraite, et ils ont alors d'autres soucis ou désirs. De plus, ils doivent se former, ce qui prend du temps. Souvent, ils n'acceptent pas cette lourde charge pour plus de quelques années (c'est mon cas...).

- la grande majorité des copropriétaires n'ont pas pris le temps de comprendre comment fonctionne une copropriété : ils confondent syndic et syndicat, pensent que le rôle des conseillers syndicaux est de faire la police de l'immeuble... Ils ne veulent pas passer de temps sur une question qu'ils pensent être entre les mains de professionnels. J'en ai vu beaucoup lire pour la première fois leur convocation à l'AG au début de la réunion...

- n'importe qui peut se présenter au CS, et être élu. On ne connait pas les compétences et disponibilités des candidats, ni leur "programme". Qui va voter contre le voisin de palier ? Résultat : la plupart des membres du CS en font partie pour les mauvaises raisons (statut social, souhait d'être au courant, désir de faire passer des projets personnels, etc...). Changer le nom du CS en "Conseil d'Administration" n'y changera rien...

Les solutions ?
- demander au syndic d'engager un technicien : bien, mais cela coûte cher. Incapables de choisir le meilleur rapport qualité/prix, les conseillers syndicaux conseilleront le syndic le moins cher...

- de plus, le technicien du syndic risque d'être sous-employé, si le syndic ne gère pas un parc homogène et de taille suffisamment importante.

Ne reste donc, à mon avis, que la solution de l'architecte extérieur. Un architecte me parait le mieux placé pour intégrer tous les aspects d'un immeuble. N'étant pas spécialiste de toutes les questions techniques, il fera appel à un bureau d'études extérieur, quand le besoin s'en fera sentir.

Sunbird
Contributeur vétéran

2168 message(s)
Statut: Sunbird est déconnecté

Revenir en haut de la page 2 Posté - 02 nov. 2017 :  17:55:12  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil
A mon humble avis, le dossier rénovation thermique des copropriétés ne fait que révéler que la majorité des SDC dysfonctionnent. Car aujourd'hui dans le cadre d'un ravalement ou toiture, on doit nécessairement prévoir la rénovation thermique.

Les dernières réformes tendant à diminuer les majorités pour les travaux, et peut être la mise en place d'un CA qui déciderait pour les travaux, ne font que mettre des pansements sur une jambe gangrénée.

L'acquéreur d'un appartement, voit les charges plus comme une taxe trimestrielle, que des charges de fonctionnement. Pour beaucoup d'acquéreurs, il s'agit souvent d'un simple passage pendant quelques années dans cette copropriété, sachant que la mobilité, le travail, les situations familiales mouvantes... font que les achats/ventes sont plus fréquents.

Lorsque vous avez un projet de vie de rester 5 ans dans une copropriété, vous n'avez aucun intérêt de voter des gros travaux, d'autant que vous ne récupérerez pas cet investissement à la vente.

L'individualisation de certaines charges (chauffage) ne fait que retarder la rénovation thermique. Pourquoi va-t-i payer 30 k€ de travaux pour un appartement entouré (et profitant de l'énergie des autres), il en a rien à faire de savoir que le rc, les appartements en pignon nord sont insalubres du fait du manque d'isolation...

Le Grenelle avec des décrets d'application qui ont tardé pendant des années, et la loi ALUR avec un DTG obligatoire sans l'être, n'ont fait que complexifier la décision avec des syndics qui pour certains ne suivent pas les évolutions législatives.

Le DTG est pourtant primordial dans la vie d'une copropriété. Si on veut que les choses bougent, la loi pourrait interdire les ventes dans les copropriétés n'ayant pas de DTG.

ribouldingue
Pilier de forums



15443 message(s)
Statut: ribouldingue est déconnecté

Revenir en haut de la page 3 Posté - 02 nov. 2017 :  18:14:10  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil
citation:
Le Grenelle avec des décrets d'application qui ont tardé pendant des années, et la loi ALUR avec un DTG obligatoire sans l'être, n'ont fait que complexifier la décision avec des syndics qui pour certains ne suivent pas les évolutions législatives
J'ajouterais qu'avec un certain apparat qui sur le coup en bouche un coin, mais apres exaspère, le Grenelle catapulte les problèmes énergétiques dans les 'rapports de force', autrefois la 'lutte des classes'.

Un certain courant politique s'est engouffré dans cette brèche qui a fait infiniment plus de mal que de bien.

Il ne faut pas mélanger économie d'énergie et sauvegarde de la planète.
Même si les buts se rejoignent peut-etre, la philosophie n'a rien à voir.

ribouldingue
Pilier de forums



15443 message(s)
Statut: ribouldingue est déconnecté

Revenir en haut de la page 4 Posté - 02 nov. 2017 :  18:17:57  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil
danmasse est intervenu sur un autre problème:
Des difficultés internes aux dispositifs de la copropriété pour arriver à 'mettre en oeuvre les dispositifs à économie d'énergie'.

Je réitère pour me dissocier de qu'écrit danmasse (c'est pourtant la vérité, que je partage, mais à mon avis pas le point central du problème):
Je ne me mets pas à ce niveau, et je ne pense pas que les problèmes d'une copropriété soient SI DIFFERENTS du problème d'un monopropriétaire.

Je réitère, les seuls qui font de la bonne isolation sont les logements sociaux, parce qu'ils ne comptent pas leurs (nos) sous.

Édité par - ribouldingue le 02 nov. 2017 18:21:26

danmasse
Contributeur actif

France
224 message(s)
Statut: danmasse est déconnecté

Revenir en haut de la page 5 Posté - 02 nov. 2017 :  19:30:56  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil
Pour répondre plus directement à ce que dit Ribouldingue plus haut :

- Oui, il faut essayer de consommer moins d'énergie - d'autant que cela n'entraine pas forcément d'énormes dépenses. Beaucoup d'immeubles et de maisons ont été contruits à une époque où l'énergie de coûtait pas cher : on ne cherchait pas à économiser. Dans notre résidence, nous avons fait réaliser une étude par un bureau d'études thermiques. La société retenue après AO a remplacé la chaudière par une chaudière à récupération (3 fois plus petite), pilotée par des sondes de température en appartement. Le coût du chauffage a été diminué de 20% (en tenant compte des DJU). Et cela ne nous a rien coûté : les investissements ont été payés par les CEE...

- J'ai calculé que si tous les propriétaires de notre résidence remplaçaient leurs simples vitrages par des double vitrages, l'économie supplémentaire serait de 20%. sans compter la réduction des bruits et nuisances extérieurs. Remplacer les menuiseries coûte cher, mais les bailleurs me disent qu'ils ne trouvent pas de locataires, si les menuiseries ne sont pas à double vitrage...

- Ribouldingue parle de DPE... Vaste fumisterie ! S'il est peut-être possible de faire un DPE sur une maison particulière, c'est pratiquement impossible dans une copro : les bureaux qui font le "calcul" demandent au syndic quelles sont les dépenses annuelles de chauffage, et calcule à partir de ces données. Or le syndic ne comprend pas ces chiffres : il donne le montant facturé à chaque copropriétaire - qui a été calculé par l'application de coefficients de répartition, et qui n'ont donc aucun sens physique. Et on oublie les frais d'entretien, le chauffage des parties communes, etc...

- On parle aussi de l'obligation de mettre en place des compteurs pour pouvoir facturer à chacun en fonction de sa consommation. Dans notre cas (comme dans beaucoup de copros), l'eau de chauffage est distribuée par un réseau vertical : il faudrait poser un compteur (et un thermostat) sur chaque radiateur. Un seul est certain de gagner : le fournisseur des appareils... L'ARC l'a bien vu, et nous avons (pour l'instant) réussi à résister à cette obligation stupide.

- Oui, nous serons obligés de mettre en place une ITE lors de la future rénovation de façade. Je n'ai pas encore regardé le problème (non urgent), mais j'ai rencontré des thermiciens qui m'ont dit qu'il faudrait commencer par isoler les terrasses de toit (aux 2/3 privatives, et recouvertes de pelouses pour ces parties !) et la dalle du RDC (alors que les caves sont en-dessous, et qu'elles sont trop chaudes pour y conserver du vin !). Ces même thermiciens m'ont dit qu'ils ne nous aideraient à spécifier de nouvelles menuiseries que si nous acceptions qu'elles soient à triple vitrage, les ouvrants étant "à la française" !

Donc : oui, c'est possible de réduire la consommation énergétique. Et c'est nécessaire. Cela ne coûte pas forcément très cher - si l'on a affaire à des techniciens ayant un peu de bon sens...


JPM
Pilier de forums

5268 message(s)
Statut: JPM est déconnecté

Revenir en haut de la page 6 Posté - 03 nov. 2017 :  02:42:22  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil  Visiter la page d’accueil de JPM

citation:
Car aujourd'hui dans le cadre d'un ravalement ou toiture, on doit nécessairement prévoir la rénovation thermique.


Ce principe ne peut en aucun cas être généralisé.

Cela peut être vrai pour quelques immeubles. Sic pour des immeubles à terrasse mal pourvus en isolation supérieure.

Dans la plus grande partie des cas ces travaux peuvent être effectués sans nécessité dune quelconque rénovation thermique.

Cette généralisation abusive est certainement à l'origine du rejet que l'on constate à l'égard de la politique thermique récente.




Signature de JPM 
La copropriété sereine

ribouldingue
Pilier de forums



15443 message(s)
Statut: ribouldingue est déconnecté

Revenir en haut de la page 7 Posté - 03 nov. 2017 :  07:08:53  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil
Merci pour vos nouvelles contributions

citation:
Danmasse a écrit: J'ai calculé que si tous les propriétaires de notre résidence remplaçaient leurs simples vitrages par des double vitrages, l'économie supplémentaire serait de 20%. sans compter la réduction des bruits et nuisances extérieurs.
Je ne conteste absolument pas.

Mais je propose de relativiser: En passant de EdF à Direct Energie vous arrivez pratiquement au même résultat avec un investissement de zéro.

citation:
Ribouldingue parle de DPE... Vaste fumisterie ! S'il est peut-être possible de faire un DPE sur une maison particulière, c'est pratiquement impossible dans une copro : les bureaux qui font le "calcul" demandent au syndic quelles sont les dépenses annuelles de chauffage, et calcule à partir de ces données. ..
Le DPE est un outil politique.

En passant le chauffage de l'électrique au gaz, on gagne à production égale de kWh un index (De G à F par exemple).


citation:
Et cela ne nous a rien coûté : les investissements ont été payés par les CEE...
Donc cela a couté, mais ce n'est pas lisible.
Je pense que c'est l'exemple type de ce que les politiques ne devraient pas faire.

J'invite à aller voir le film Carbone pour comprendre comment ce type de certificat est politique et non technique.
Je ne suis pas contre à priori (les certificats) mais actuellement, le certificat est un don de la nature qui tombe parfois pas loin de chez vous.
Les publicités des supermarchés pour les récupérer vont dans mon sens.

citation:
JPM a écrit: Ce principe ne peut en aucun cas être généralisé.

Cela peut être vrai pour quelques immeubles. Sic pour des immeubles à terrasse mal pourvus en isolation supérieure.

Dans la plus grande partie des cas ces travaux peuvent être effectués sans nécessité dune quelconque rénovation thermique.
Je plussoie:
Il y a des immeubles qui ne pourront jamais être traités thermiquement, je vois mal comment on isole le Chateau de Versailles, ou les maisons de lauze des Causses, les burons de l'Aubrac.

Il est des constructions des années 1960 qu'il vaut mieux démolir.

Le message n'existe purement pas ce jour, qu'il existe des immeubles qu'on peut traiter et d'autre non. Il existe une pression pour que 'pour le bien de la planète' on aille tous dans un sens unique.

danmasse
Contributeur actif

France
224 message(s)
Statut: danmasse est déconnecté

Revenir en haut de la page 8 Posté - 03 nov. 2017 :  10:01:25  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil
citation:
Initialement posté par ribouldingue

Merci pour vos nouvelles contributions

citation:
Danmasse a écrit: J'ai calculé que si tous les propriétaires de notre résidence remplaçaient leurs simples vitrages par des double vitrages, l'économie supplémentaire serait de 20%. sans compter la réduction des bruits et nuisances extérieurs.
Je ne conteste absolument pas.

Mais je propose de relativiser: En passant de EdF à Direct Energie vous arrivez pratiquement au même résultat avec un investissement de zéro.


Oui, mais cette opération ne réduit pas la consommation d'énergie, ni l'émission de CO2... Il faudra bien que nous prenions tous conscience de cette nécessité...

citation:
citation:
Ribouldingue parle de DPE... Vaste fumisterie ! S'il est peut-être possible de faire un DPE sur une maison particulière, c'est pratiquement impossible dans une copro : les bureaux qui font le "calcul" demandent au syndic quelles sont les dépenses annuelles de chauffage, et calcule à partir de ces données. ..
Le DPE est un outil politique.

En passant le chauffage de l'électrique au gaz, on gagne à production égale de kWh un index (De G à F par exemple).

Oui, c'est vrai parce qu'on compare des énergies primaires, en tenant compte de la dépense d'énergie nécessaire à la génération de l'électricité.
Ce que je voulais souligner, c'est les calculs de DPE sont faits à partir de données fournies par des administratifs qui n'ont aucun sens de la signification des chiffres. Chacun en fait une interprétation différente.
Par exemple, dans notre copro, les factures de chauffage sont établies en fonction des surfaces des appartements. Pourquoi alors les DPE donnent-ils des résultats différents suivant les appartements ? Ils devraient être tous rigoureusement identiques. S'ils sont différents, c'est parce que les chiffres communiqués par le syndic n'incluent pas les mêmes rubriques, suivant la personne qui a effectué le relevé...


citation:
citation:
Et cela ne nous a rien coûté : les investissements ont été payés par les CEE...
Donc cela a couté, mais ce n'est pas lisible.
Je pense que c'est l'exemple type de ce que les politiques ne devraient pas faire.

J'invite à aller voir le film Carbone pour comprendre comment ce type de certificat est politique et non technique.
Je ne suis pas contre à priori (les certificats) mais actuellement, le certificat est un don de la nature qui tombe parfois pas loin de chez vous.
Les publicités des supermarchés pour les récupérer vont dans mon sens.

Je n'ai pas vu le film, mais je comprends que les CEE servent à prouver que les compagnies fournissant l'énergie ont bien fait un effort pour réduire la consommation : s'ils n'ont pas atteint leur quota de réduction, ils doivent payer une amende. J'ai l'impression que c'est un excellent système.

citation:
Le message n'existe purement pas ce jour, qu'il existe des immeubles qu'on peut traiter et d'autre non. Il existe une pression pour que 'pour le bien de la planète' on aille tous dans un sens unique.

Oui, tout à fait.
Le message est que beaucoup d'énergie est gaspillée : on peut réduire ce gaspillage, sans que cela coûte forcément une fortune, en usant simplement d'un peu de bon sens. Les statistiques montrent que le chauffage des bâtiments représente 40% des émissions de CO2, en France. En prenant quelques mesures simples et peu coûteuses, on peut facilement réduire ces émissions (donc les consommations d'énergies fossiles) dans des proportions plus raisonnables. Obliger à faire une ITE sur tous les immeubles est évidemment stupide, mais cette mesure a au moins le mérite de faire prendre conscience du fait qu'il faut agir - et vite.

JPM
Pilier de forums

5268 message(s)
Statut: JPM est déconnecté

Revenir en haut de la page 9 Posté - 03 nov. 2017 :  10:18:55  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil  Visiter la page d’accueil de JPM

Je partage vos avis mais sur !

citation:
mais cette mesure a au moins le mérite de faire prendre conscience du fait qu'il faut agir - et vite.


Je n'en suis pas certain.

Signature de JPM 
La copropriété sereine

ribouldingue
Pilier de forums



15443 message(s)
Statut: ribouldingue est déconnecté

Revenir en haut de la page 10 Posté - 03 nov. 2017 :  10:30:02  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil
Je rebondis aussi.

Il ne faut pas confondre économie d'énergie, et émission de CO2.

On n'a aucunement besoin d'économiser l'énergie pour réduire le CO2: il suffit de construire des centrales nucléaires et des panneaux photovoltaïques et de s'en servir pendant 100 ans.


Pour réduire la consommation globale de la planète deux solutions alternatives sont rapidement efficaces:
1/ Réduire la population
2/ Faire vivre tout le monde dans des villes et si possible dans des grand ensembles de 10 000 logements;


Enfin, si on fait du géothermiques, on peut avoir toutes les fuites que l'on veut sans que cela pénalise quiconque en consommation d'énergie ni émission de CO2.

Il est important de désigner de vrais objectifs, pas juste 'on va économiser l'énergie'.

Édité par - ribouldingue le 03 nov. 2017 10:33:30

danmasse
Contributeur actif

France
224 message(s)
Statut: danmasse est déconnecté

Revenir en haut de la page 11 Posté - 03 nov. 2017 :  11:05:23  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil
citation:
Initialement posté par ribouldingue

Je rebondis aussi.

Il ne faut pas confondre économie d'énergie, et émission de CO2.

OK. Bien sûr. J'ai simplifié, parce que je n'ai pas en tête la consommation d'énergie des bâtiments.

citation:
On n'a aucunement besoin d'économiser l'énergie pour réduire le CO2: il suffit de construire des centrales nucléaires et des panneaux photovoltaïques et de s'en servir pendant 100 ans.

On ne va pas se lancer ici dans la discussion concernant l'énergie nucléaire...
Par ailleurs, je viens d'avoir un exemple de la façon de travailler de notre compagnie nationale d'électricité : ils ont réussi à nous faire avaler de confier à l'une des sociétés qu'ils ont créée de venir nous aider à réduire nos consommations de chauffage en remplaçant les menuiseries.
La société en question n'a aucune compétence, et a complètement saboté le projet : la société n'est qu'un exemple de "greenwashing".
Je comprends mieux les problèmes de l'EPR... et de Flamanville...
Et je suis fort inquiet quand je pense que les déchets nucléaires seront enterrés à Bure, pas très loin de chez moi...


citation:
Pour réduire la consommation globale de la planète deux solutions alternatives sont rapidement efficaces:
1/ Réduire la population

Une bonne guerre, il n'y a que ça ! Vive Donald ! Il a tout compris !


citation:
Enfin, si on fait du géothermique, on peut avoir toutes les fuites que l'on veut sans que cela pénalise quiconque en consommation d'énergie ni émission de CO2.

La géothermie, ce n'est pas aussi simple que cela. Ca fait bien longtemps que l'on pense à l'utiliser, mais il y a de nombreux problèmes techniques.

citation:
Il est important de désigner de vrais objectifs, pas juste 'on va économiser l'énergie'.

On ne peut pas continuer éternellement à consommer de plus en plus : la planète n'est pas infinie, et l'énergie coûtera de plus en plus cher : on l'a d'ailleurs bien vu. On commence à en prendre conscience, mais cela prendra du temps...

JPM
Pilier de forums

5268 message(s)
Statut: JPM est déconnecté

Revenir en haut de la page 12 Posté - 03 nov. 2017 :  11:35:00  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil  Visiter la page d’accueil de JPM
Il serait agréable de constater qu'on admette en haut lieu que dans le passé on s'est aussi préoccupé de consommer moins et qu'on a obtenu de très bons résultats.

Le problème se présente différemment aujourd'hui ? C'est vrai

Comme j'ai déjà dit on vous jette à la figure que les syndics et les architectes sont des symboles d'un passé révolu et qu'il faut chercher ailleurs.

Cela rappelle un rapport du Conseiller d'État Tuot en 2013 qui reprochait à une partie de la nation " la célébration du passé révolu d'une France chevrotante et confite dans des traditions imaginaires ".

Pour être clair la phrase scandaleuse s'adressait aux Français chrétiens d'un certain âge. On la ressort aujourd'hui à propos de la croix (prohibée) et de de la statut de Jean Paul II (admise parce qu'il a été l'auteur de bons polars !) en Bretagne.

Mutatis mutandis on peut la passer dans le monde des copropriétés.



Édité par - JPM le 03 nov. 2017 11:35:42

ribouldingue
Pilier de forums



15443 message(s)
Statut: ribouldingue est déconnecté

Revenir en haut de la page 13 Posté - 03 nov. 2017 :  12:16:29  Lien direct vers cette réponse  Voir le profil
Pour dire sans doute autrement ce qu'énocne JPM, pas besoin d'aller chercher à démontrer que les intervenants techniques doivent avoir une grande compétence.

Une bonne guerre (bonne est l'expression habituelle, je n'émets pas un jugement) et je peux vous dire que les intervenants par intérêts trouvent immédiatement les bonnes solutions.
Les SDF mettent du carton
Les voitures utilisaient du gazogène quand les sources habituelles d'énergie on disparues
Quand on occupe 5 pièces à 2? si l'énergie disparait on en ferme 3.


A l'inverse, quand l'état s'impose en spécialiste, il y a beaucoup à craindre.



citation:
On ne peut pas continuer éternellement à consommer de plus en plus : la planète n'est pas infinie, et l'énergie coûtera de plus en plus cher : on l'a d'ailleurs bien vu. O
Voila sur le plan de la logique une grande contrevérité.

Oui, si l'on consomme trop, l'énergie va couter de plus en plus cher (ce qui n'est pas le cas actuellement). Donc on en consommera moins.

Le problème n'est donc pas sur l'induction que vous mentionnez de tout isoler, il s'agit de prévoir que les moins riches vont souffrit, et ca n'a RIEN a VOIR avec les DPE et autres....
(Ceci je ne partage ni votre induction (SI ALORS) ni même les prémisses (Moins d'énergie = plus cher) car les couts de l'énergie, et cela perturbe la lecture sont politiques, spéculatifs, dépendant d'une guerre et des stockages, le cas échéant de l'arrivée de solution alternatives

Édité par - ribouldingue le 03 nov. 2017 12:19:36
 
Sujet précédent Sujet Sujet suivant  
 
Aller à:  
Imprimer le sujet Imprimer le sujet
Partager ce sujet Partager ce sujet
 
Universimmo.com © 2000-2012 AEDev Revenir en haut de la page
   












Accueil I Copros I Bailleurs I Locataires Articles I Dossiers I Lexique I Guide Technique I WWW I Fiches Pratiques I Revue de Presse
Forums I Guide Entreprises I Argus de l'Immobilier I UniversImmo-Pro.com

Copyright © 2000-2017 UniversImmo - SAS AEDév - tous droits réservés.
Informations légales | Contactez nous | Votre Publicité sur UniversImmo.com