ATTENTION : Le
Forum d’Universimmo a migré sur une nouvelle plate-forme, sécurisée, et à la pointe de ce qui se fait en matière de forums de discussion. Pour découvrir le nouveau Forum : cliquez ici - découvrez aussi le "Portail" de cette nouvelle plate-forme
Petite contrainte dont nous vous demandons de ne pas nous tenir rigueur, liée à notre souhait de nettoyer un fichier de membres alourdi par le temps :

la nécessité, si vous étiez déjà enregistré(e) dans l’ancien forum, de vous ré-enregistrer sur le nouveau , si possible en conservant le même identifiant (pseudo).

Ce forum est désormais fermé, mais il restera consultable sans limite de durée à l’url : http://www.universimmo.com/forum
Les adresses et les liens que vous avez pu créer vers ses sujets restent bien entendu totalement opérationnels.
Par contre tous les nouveaux sujets doivent être créés sur la nouvelle plate-forme.
Pour toutes remarques, questions ou suggestions concernant cette migration, nous vous proposons un sujet dans la section « A propos de ce forum »
Bon surf ! L’équipe Universimmo

Guide Entreprises Universimmo.com Page d'Accueil UniversImmo.com... Page d'accueil Copropriétaires... Page d'accueil Bailleurs... Page d'accueil Locataires... Espace dédié aux Professionnels de l'Immobilier...
Inscrivez-vous pour revevoir gratuitement notre newsletter

Retrouvez la dernière lettre en ligne
Professionnels :
Universimmo-pro.com : un site spécialement conçu pour les professionnels de l'immobilier
universimmo-pro.com
Un site spécialement conçu pour vous : dossiers, actus, jurisprudence, etc.
cliquez ici

Pour recevoir gratuitement le sommaire de la lettre pro cliquez ici
Le Forum de discussion (nouveau)
Le Forum ancienne version
Consultation juridique en ligne
Des réponses à vos questions...
Nos Services "A la Carte"
Nos Dossiers d'Actualité
La Revue de Presse
Le Dico de l'immobilier
Le Guide Juridique
Le Guide Bâtiment
Les Dossiers
Les Fiches Pratiques
Sites utiles
Indices et chiffres clés
Ce site est membre de
Fédération Française de l'Internet ImmobilierAssociation Planète copropriété
Il est recommandé pour apprécier le site d'avoir une résolution d'écran de 1024x768 (pixels/inch) ou Plus..
Accueil | Profil | S'enregistrer | Sujets actifs | Sondages actifs | Membres | Recherche | FAQ
Règles du forum | Le livre d’Or
Identifiant :
Mot de passe :
Enregistrer le mot de passe
Vous avez oublié votre mot de passe ?

 Tous les Forums
 Immobilier et politique
 En vue des prochaines campagnes électorales
 LOGEMENT POUR TOUS
 Forum fermé
 Imprimer le sujet
Page précédente
Auteur
 Sujet Sujet Suivant
Page : de 4

libab
Pilier de forums

707 réponses

Posté - 30 mars 2007 :  23:51:35  Voir le profil
Bonsoir,

Suis-je un homme du passé avec des valeurs du passées, ou tout simplement d'une préhistoire.

Luc Standon

Je suis toujours étonné des qualificatifs et des modes de pensées que vous m'apportez.

Quand vous dites dites :
Il ne peut y avoir convergeance de lutte, vous avez certainement raison. Les doigts d'une main sont la main, que chaque doigt pris séparemment qu'est-il ?

Par contre il est vrai, mais déja dit que je crois au rapport de force, sans pour autant les aimer, mais nécessaires.
Vous me faites penser que je crois à des moments de convergeances, mais que après le repli se remets en place de lui même.

Au bout du compte vous n'avez peut-être pas tord.
Mais cela est hors de tout calcul.

Je crois comme déja dit a des moments, à l'air du temps. Cela paraît irréaliste et pourtant, regardez l'histoire de France...

Je ne crois pas que l'on fasse les choses au mieux de nos intérêts.

Je crois que la rue est en corrélation avec la réforme, que cette dernière sans la force de la rue ne fera que s'en bourgeoiser.
Je croi à un perpétuel combat avec des moments de rémission, des alliances opportunistes...et des pas en arrière et des pas en avant.
Signaler un abus Revenir en haut de la page

Luc Standon
Pilier de forums

703 réponses

Posté - 19 nov. 2008 :  18:21:03  Voir le profil
Citation :
Initialement posté par libab

Bonjour
Luc Standon
Dans votre première partie a vocation ironique, je ne sais que dire, ou que trop.

Par contre ce que vous écrivez :
Ne voyez vous pas que le droit au logement opposable vient de clôturer la/les lutte(s) des collectifs de mal-logés et des SDF ? Ne voyez vous pas que même en 2012... Malgré la bonne volonté des uns et des autres ?

Non, cela ne me parait pas évident que le droit au logement opposable viendrait cloturer une quelconque lutte.

Bonjour, libab, ça fait un bail que ce fil de discutions n'a pas été abordée. Bref, on est en fin 2008, et il n'y a pas vraiment pour le moment de collectifs ou d'associations sur le terrain à préparer des coups aussi médiatiques qu'avant. La dernière opération médiatisée étant celle du collectif Jeudi Noir, début novembre 2008 pour la réquisition symbolique d'un immeuble du 16ième... Chose marquante pour ceux qui connaissent les organisations politiques (et leurs divers satellites dans leur sillage), c'est que le Collectif Jeudi Noir semble être passé du Vert au Rose-bonbon.

Citation :
Initialement posté par libab

J'ai essayé de comprendre votre idée maitresse qui semblerait être dans le rejet de toute forme d'institution, dans la contestation, et dans le fait que nos lois et nos organisations ne résoudraient rien.

Et désormais avec la crise, qu'en pensez-vous ?
Votre participation, ainsi que celle d'ArDL aurait été intéressante dans certains sujets de la rubrique "Tendances du marché immobilier".




Signaler un abus Revenir en haut de la page

ribouldingue
Pilier de forums

11304 réponses

Posté - 19 nov. 2008 :  20:17:20  Voir le profil
+1 avec Luc sur ce dernier point, car hormis de faire des prévisions, dans cette rubrique, nous pourrions aussi regarder de manière précise comment la crise, devenue certaine, mais qui n'a pas encore produit ses effets, va générer des dégats chez les francais, et en particulier chez les moins riches.


Pour rebondir sur le post de Luc Standon, j'oserais dire que... les politiques, tous autant qu'ils sont, sont a coté de la plaque.

Bien entendu, à :mon avis, ils vont se faire déborder.

Festina lente
Signaler un abus Revenir en haut de la page

Luc Standon
Pilier de forums

703 réponses

Posté - 20 nov. 2008 :  21:08:54  Voir le profil
Citation :
Initialement posté par ribouldingue

Pour rebondir sur le post de Luc Standon, j'oserais dire que... les politiques, tous autant qu'ils sont, sont a coté de la plaque.

Bien entendu, à : mon avis, ils vont se faire déborder.

Ah ah ! Et question débordement (par la bande), ce soir va être décisif du coté de Solférino, ainsi les FARC (Forces Armées Révolutionnaires de Colombie) offrent l’asile politique aux vaincus de... Reims : En effet, quel que soit le résultat du vote des adhérents du PS, 2 des 3 candidats au secrétariat suprême ont d’ores et déjà la certitude de retrouver très bientôt un engagement militant à la base et dans l’action . Victimes d’une hémorragie de personnel, les FARC ont en effet invité les perdants du scrutin qui désignera le nouveau (ou la nouvelle) Premier Secrétaire du PS à rejoindre la rébellion marxiste pour assurer la justice sociale et garantir une meilleure redistribution des richesses. Le gagnant (ou la gagnante) emménagera pour sa part rue de Solférino, pour aider à la réforme du capitalisme.

Bien qu'initialement de gauche, les FARC ne sont pas dénuées d’un certain sens du business et n’hésitent pas à maximiser l’efficacité de leurs recrutements en faisant appel à des chasseurs de têtes, qui par une heureuse coïncidence partagent les mêmes bureaux. Les FARC connaissent depuis de nombreuses années un grave problème de "people flow négatif", accentué cette dernière année par la proposition du Président Sarkozy d’accorder l’asile politique et d’installer en forêt de Fontainebleau les militants du mouvement qui accepteraient de faire défection. C’est donc avec une pointe de malice que les FARC ont "ciblé" leur recherche de profils en France. Certes, la France fournit une pléthore de candidats aux grands lendemains désœuvrés et surdiplômés, mais cela permet surtout aux rebelles colombiens de faire un pied de nez au Président de la république en le privant de potentiels cale-portes d’ouverture à la gauche de la gôche. Et quels plus grands spécialistes de la guerre civile et de l’action furtive que les dirigeants socialistes français ? Fort logiquement, les FARC ont donc proposé à ceux-ci un contrat comprenant les mêmes avantages en nature que ceux fournis par la concurrence : l’asile politique et l’impunité judiciaire.

Hier encore inconscients du fait que la forêt vierge et le Luberon étaient des vases communicants, les dirigeants socialistes ont favorablement accueilli la proposition de la guérilla. Un possible point de contentieux existe toutefois, qui risquerait de fragiliser l’unité du parti : l’offre n’est ouverte qu’aux perdants du vote des militants socialistes. Cette exclusivité fait grincer des dents chez les candidats, et même chez les non candidats. Ils savent d’une part que l’opportunité d’internationaliser leur carrière peut, comme à DSK, donner à leur profil politique une dimension globale et leur ouvrir bien des portes (et des cuisses). D’autre part, les socialistes ne se voilent pas la face : le marché de l’emploi présidentiel est très tendu en France et le restera encore un moment.

Il est aujourd’hui apparent que l’offre des FARC est à moyen terme bien plus intéressante que la direction du PS, et ne pas gagner le vote de ce soir ne semble plus être une calamité pour l’avenir du parti ou de la France (voire du monde). Perdre est devenu la priorité. Et, heureuse coïncidence à nouveau, le PS excelle en ce domaine. Il s’agit donc pour Ségolène, Martine ou Benoît de recueillir le moins de suffrages possible auprès des militants. A ce jeu, Bertrand est faiseur de rois : le maire de Paris, que l’on dit enragé de ne pas s’être présenté et donc de ne pouvoir perdre, menace de retirer son soutien à Martine et de le donner à Ségolène, ce qui garantirait la victoire de celle-ci et son exil rue de Solférino. Fidèle à son personnage, l’ex-candidate à la Présidence de la République a aussitôt répliqué sur son blog : « Le Parti Socialiste et la France ont besoin de beaucoup d’amour, mais pas dans les fesses, quoi ! » . Craignant un retour vers son camp des suffrages de la motion Delanoë, Martine s’est alors empressée de traiter le maire de Paris de « tapette libérale », en soulignant que le vélo c’est pas super viril. Benoît a pour sa part refusé de mener une campagne de dénigrement de ses adversaires et choisi de rester positif : « Je suis d’ultra-gauche ! » a-t-il ainsi déclaré lors d'une rencontre avec des représentants de la CFDT Banques. Choix difficile donc en perspective, ce soir, pour les sympathisants de la motion Delanoë.

Le résultat de l’élection du Premier Secrétaire du PS tiendra dans un mouchoir de poche, c’est une certitude. Qui de Ségolène, Martine ou Benoît devra demain rester à Paris ? Nul ne peut le prédire avec certitude. Mais quel que soit l’élu (ou l’élue), la majorité présidentielle risque de se trouver face à des complications inédites : et si, d’ici un an ou deux, les cadres du PS décidaient de quitter les FARC et de prendre la main tendue par Nicolas ? Devra-t-on laisser s’installer en forêt de Fontainebleau des individus notoirement asociaux et maintenant surcocaïnés et dotés d’une formation paramilitaire ? Il importe donc de se prévenir d’un retour des socialistes par la bande.

Le gouvernement étudierait la possibilité de suspendre légalement l’offre faite aux FARC, au bénéfice d’une association qui ne risquerait pas de nous renvoyer nos socialistes. Une piste évoquée est Al-Qaïda, un mouvement avec lequel peu de gauchistes ont envie de se compromettre car il est réputé proche de François Bayrou. Quand bien même des partisans Ségoliens Royaliste seraient tentés : les transfuges seraient très probablement accueillis à la Mer de Sable, une expérience trop proche de la rue de Solférino pour attirer des socialistes auxquels les FARC ont fait miroiter l’espoir d’une vie exotique.

NB - Bon fallait bien un peu d'humour ici aussi

Signaler un abus Revenir en haut de la page

ribouldingue
Pilier de forums

11304 réponses

Posté - 21 nov. 2008 :  07:53:34  Voir le profil
Précisément, le PS ne s'intéresse ni à la crise financière (il n'a pas d'opinoin) ni à la crise économique (il n'a aucune recette).

La raison me semble simple: Les deux n'ont rien de typiquement français, donc ne permettent pas au parti de déveopper une argumentation anti-sarko.

Quand on en arrive la, c'est triste.


De mon côté, je commence à sentir, en tant que bailleur, les effets de la loi DALO. J'aimerais avoir aussi un écho venant de l'autre côté, de ceux qui sont sans logement.

Festina lente
Signaler un abus Revenir en haut de la page

Luc Standon
Pilier de forums

703 réponses

Posté - 24 nov. 2008 :  17:18:21  Voir le profil
Citation :
Initialement posté par ribouldingue

Quand on en arrive la, c'est triste.

Quand on en arrive là, je dirais même que c'est suicidaire.
A mon avis, ils n'ont plus qu'à dissoudre le PS et de revenir au fondamentaux de la SFIO et de refaire l'union sacrée sur de nouvelles bases avec en prime un nouveau manifeste.

Citation :
Initialement posté par ribouldingue

De mon côté, je commence à sentir, en tant que bailleur, les effets de la loi DALO.
Les procédures sont elles en train de s'entasser sans que le bureau du médiateur ne puisse rendre réponse... avant 2012 ?

Citation :
Initialement posté par ribouldingue

J'aimerais avoir aussi un écho venant de l'autre côté, de ceux qui sont sans logement.

Ben pour être honnête, et d'après ce que je sais, autant dire que de ce côté là c'est aussi la crise...
Les mal-logés ont progressivement quitter les collectifs et/ou associations. Ces derniers semblent désormais œuvrer à aider les gens à remplir leur dossiers de demande d'attribution ou de contestation devant la commission de médiation. Le hic est que nombre d'entre eux devront patiemment attendre 2012 pour "la deuxième vague". Du coup, on pourrait voir un déplacement du rôle des collectifs qui désormais remplissent de l'administratif pour au final servir d'assistante sociale, car les AS officielles sont surchargées ou manque de budget. Bref, rien de bien politiquement motivant pour les militants de ces collectifs et/ou associations qui pensent remplir un rôle d'administrateur publique.

Ajouter à cela que les collectifs/associations les plus virulentes (médiatiques) sur le terrain sont sous le couperet de procédures judiciaires qui viennent de tomber :

Citation :
Paris : condamnés pour avoir installé des tentes

Paris AFP - Deux associations de défense des mal-logés ont été condamnées lundi par le tribunal de police de Paris. Droit au logement (Dal) et Les Enfants de Don Quichotte ont été sanctionnés pour avoir installé illégalement des tentes dans la capitale.

Droit au logement (Dal) a ainsi été condamnée à 12.000 euros d'amende. Selon le tribunal, l'association a commis une infraction de 4e catégorie à plus de 300 reprises en ayant «embarrassé la voie publique en y laissant des objets». En cause notamment, le campement rue de la Banque à Paris (IIe), qui a abrité des mal logés du 3 octobre au 15 décembre 2007.

«C'est la première fois que l'association Dal est poursuivie bien qu'elle ait organisé une centaine de campements à Paris en 18 ans d'existence», a déclaré le porte-parole Jean-Baptiste Eyraud qui a rappelé que la levée du campement rue de la Banque s'était déroulée à la suite d'un accord avec le gouvernement. «Un an après, l'Etat poursuit le Dal et obtient une condamnation, cette décision est inacceptable, nous allons étudier les possibilités de recours, si nous pouvons faire appel, nous ferons appel, s'il faut aller en cassation, nous irons en cassation.»

Les tentes des Enfants de Don Quichotte confisquées

Le tribunal de police de Paris a aussi condamné lundi Les Enfants de Don Quichotte à la confiscation de 198 tentes installées illégalement il y a près d'un an près de la Seine. En revanche, le tribunal n'a pas suivi la demande du procureur qui avait requis une amende 1.875 euros.

Le 15 décembre 2007, Les Enfants de Don Quichotte avaient installé près de 200 tentes pour loger des sans-abri, le long de la Seine près de Notre-Dame. Celles-ci avaient ensuite été enlevées par les forces de l'ordre.

Autant dire que ce genre de condamnations va aussi en mettre un sacré coup de frein dans ce qui pouvait rester des luttes collectives dans ce domaine.

Reste pour le moment le Collectif des morts de la rue qui comptabilise les décès. Et le SDF décédé du bois de Vincennes relance le débat avec Mme Boutin qui du coup lance un groupe de travail (???? Encore ?!), la mairie de Paris, elle, va mettre en place une "mission Bois de Vincennes" co-financée par la Ville et l’Etat.

Enfin tout le monde se souviendra peut être des promesses électorales :
- Sakozy : Objectif 0 SDF dans la rue d'ici 2 ans.
Les intentions sont bonnes, mais les résultats deux ans plus tard ????
Comme quoi si ce sont les mêmes gestuelles qui sont faites pour remédier à la crise actuelle, nul doute qu'on est mal barré ?


Signaler un abus Revenir en haut de la page

ribouldingue
Pilier de forums

11304 réponses

Posté - 24 nov. 2008 :  19:44:27  Voir le profil
Citation :
Citation :
Initialement posté par ribouldingue

De mon côté, je commence à sentir, en tant que bailleur, les effets de la loi DALO.
Les procédures sont elles en train de s'entasser sans que le bureau du médiateur ne puisse rendre réponse... avant 2012 ?
Pas du tout.

En tant que bailleur de meublé, je viens de louer au premier locataire qui me vient d'une association, et je dois dire que cela s'est remarquablement bien passé.
La personne en question n'est pas un SDF mais une personne qui a eu des problèmes et a été 'récupérée' par une association, mais pas une de ces associations ayant fait des hauts faits d'armes, une de celles qui oeuvrent dans l'ombre (ceci dit, je reconnais que ce sont bien celles qui se sont battues sur le terrian qui ont le plus fait avancer le DALO).


Un autre loueur du même endroit qui avait huit logements de libres depusi longtemsp et qui loue plus cher que moi, a loué... 6 logements dans le cadre DALO en quelques jours.
N'y a t'il pas éxagération?

Festina lente
Signaler un abus Revenir en haut de la page

Luc Standon
Pilier de forums

703 réponses

Posté - 24 nov. 2008 :  21:22:07  Voir le profil
Citation :
Initialement posté par ribouldingue

N'y a t'il pas éxagération?

Exagérations, non, je donne juste mon point de vue en fonctions des informations que j'ai.
Je ne remets pas en cause ce que vous annoncez, mais il reste encore pas mal de dossier en suspend, et certains ne sont pas prioritaires dans le cadre présent. Ces dossiers deviendront prioritaires pour les conditions d'octroi à partir de 2012, si leur situation ne change pas entre temps. Du moins c'est comme ça que l'on m'a fait comprendre le topos.

D'autre part, j'exprimais aussi le fait que bons nombres de collectifs n'ont plus les capacités d'actions ni de mobilisation qu'ils avaient, il y a encore 2 ou 3 ans. Certains collectifs se sont retrouver à faire de l'aide administratives pour remplir les dossiers, mais leurs actions faisaient penser aux membres de ces mêmes collectifs qu'il devenaient progressivement des "agents administratifs" accompagnant les demandeurs dans leur démarche, et ils perdaient peu à peu leur rôle d'activisme politique initiale, leur force de rassemblement dans le cadre d'une action collective. Si on y regarde, le collectif Jeudi noir, par exemple, ne mobilise pas tant que ça, et quant à la convergence des luttes, c'est encore moins d'actualité. Les EDQ ne redécollent pas, rien qu'à en lire l'actualité de leur forum, par exemple.

Pour exagérer, c'est comme si un collectif réputé pour mobiliser des troupes afin de réaliser des actions assez revendicatives finissait à se résoudre par œuvrer comme une association accompagnant les ayant-droits, chose qui initialement était le cheval de bataille de ce même collectif. Où encore, les ayant-droits n'obtenant pas satisfaction par les voies administratives, se retournent vers le dit collectif comme si ce dernier était perçu comme un service d'aide administratif annexe. Dans de telles conditions, imaginez l'amer déception politique des membres formant le collectif en question, et la chute de motivation de combat politique.

Dans ce sens, oui, j'affirme encore aujourd'hui que d'une part, le DALO n'a pas réglé la situation à contrario de ce qui avait été annoncé (mais ça tout le monde s'en doutait), et d'autre part, le DALO a permis d'étouffer tout mouvement de lutte potentiel.

Signaler un abus Revenir en haut de la page

ribouldingue
Pilier de forums

11304 réponses

Posté - 25 nov. 2008 :  08:24:51  Voir le profil
non, Luc, ce n'est pas en ce sens que je parlais d'exagération.

Je pointe le fait que finalement, ces personnes sont relogées dans des logements plus chers que ce que peut fournir le marché, que il n'y a pas de négociation réelle faite par les personnes chargées de les aider.

Je me demande si d'ici quelques temps, ca ne va pas être un must que de louer a des personnes DALO, et c'est assez bête, parce que la ou l'état in-fine va payer pour dix personnes, avec un peu de jugeotte, il pourrait payer pour treize ou quatorze.

Je comrpends certes votre point de vue qui exprime l'iéde que a court terme, l'important c'est qu'ils soient relogés.


Citation :
Pour exagérer, c'est comme si un collectif réputé pour mobiliser des troupes afin de réaliser des actions assez revendicatives finissait à se résoudre par œuvrer comme une association accompagnant les ayant-droits, chose qui initialement était le cheval de bataille de ce même collectif. Où encore, les ayant-droits n'obtenant pas satisfaction par les voies administratives, se retournent vers le dit collectif comme si ce dernier était perçu comme un service d'aide administratif annexe. Dans de telles conditions, imaginez l'amer déception politique des membres formant le collectif en question, et la chute de motivation de combat politique
Luc, .... c'est une difficulté psychologique bien connue.

D'ancien soldats désarmés se recasent dans d'autres pays pour continuer le combat, seule chose qui les motivent. D'autres deviennent des malfras. Seule une partie réussit à s'édapter a ses nouvelles conditions.

Il est arrivé le même souci ... aux anciens de 68 ou encore aux résistants de 44.

Festina lente
Signaler un abus Revenir en haut de la page

Luc Standon
Pilier de forums

703 réponses

Posté - 29 janv. 2009 :  14:47:56  Voir le profil
Droit opposable au logement :
le tribunal constate l'impuissance de l'Etat

LE MONDE | 29.01.09 | 13h56 • Mis à jour le 29.01.09 | 13h56


Elle est venue à l'audience sans avocat. En guise de plaidoirie, *** a sobrement exposé sa condition de mal-logée, mercredi 28 janvier, devant le tribunal administratif de Paris. La jeune femme vit depuis des lustres avec ses deux frères et leurs parents dans 24 m2. Leur demande de HLM n'a jamais abouti. Ils ont donc attaqué l'Etat en justice, comme le permet la loi sur le droit au logement opposable (DALO) du 5 mars 2007.

Pour la première fois, le tribunal administratif de Paris a examiné les requêtes de familles qui n'ont pas obtenu de toit alors qu'elles avaient été reconnues "prioritaires". De telles affaires ont déjà été traitées dans d'autres juridictions, à la mi-janvier. A Paris, six cas étaient soumis au juge, mercredi : mère isolée recueillie dans un foyer, Roumains hébergés dans un hôtel miteux, etc.

Lors de l'audience, l'État, représenté par la chef du bureau des affaires juridiques de la préfecture, Laurence Goutard-Chamoux, a fait valoir l'étroitesse de ses moyens. Pour proposer des solutions aux "familles DALO", il s'appuie sur le "contingent préfectoral", un réservoir de logements sociaux limité. Environ 1 100 appartements sont mobilisables durant une année, alors que le nombre de ménages "prioritaires" à Paris s'élevait à 6 132, au 19 décembre 2008. En outre, ce contingent est déjà mis à contribution pour d'autres personnes en situation précaire.

OFFRE VALABLE DE LOGEMENT

Chargée d'exprimer un avis juridique, la commissaire du gouvernement, Pearl Nguyên-Duy, a admis que la pénurie de l'offre locative compliquait la tâche des pouvoirs publics. Mais l'Etat est désormais soumis à une "obligation de résultat", a-t-elle souligné, en ajoutant que la loi sanctionne "l'inaction" et "l'impuissance".

Prenant la parole à six reprises, Mme Nguyên-Duy a tracé les contours du droit opposable. A ses yeux, le tribunal n'a pas à se prononcer sur la régularité du séjour de demandeurs étrangers, puisque cette appréciation doit être faite en amont de la procédure par une autre instance.

La commissaire du gouvernement a par ailleurs évoqué la notion d'"offre valable de logement". La jurisprudence devra dire si une famille est fondée à refuser une HLM en raison, par exemple, de l'exigüité du salon ou de l'état général de l'appartement.

Dans quatre des six affaires, Mme Nguyên-Duy a considéré que les demandeurs devaient être relogés dans un délai de trois mois, faute de quoi l'État aurait à payer une astreinte de 20 euros par jour (somme reversée dans un fonds finançant la construction de logements). Les jugements devraient être rendus d'ici au 6 février.

Bertrand Bissuel




Signaler un abus Revenir en haut de la page

Luc Standon
Pilier de forums

703 réponses

Posté - 01 févr. 2009 :  23:41:00  Voir le profil
Les loyers exhorbitants payés par l’Etat


J’ai récemment découvert un article qui nous montre que les loyers payés par l’État pour certains de ces immeubles de bureaux sont exhorbitants. Il arrive même que le loyer soit deux fois plus cher que la porte à coté ! Malheureusement, cette information venant d’un rapport d’une sénatrice en octobre 2008 semble passée inaperçue.

J’ai découvert avec stupéfaction dans un article du journal du net "Les loyers les plus chers de l’Etat" un rapport qui nous explique que l’Etat ne semble pas regarder à la dépense en ce qui concerne ces bureaux en Ile-de-France, et qu’en plus certains loyers sont 2 fois plus chers que ceux pratiqués dans le même quartier, la porte à côté !

La source indiquée est celle d’un rapport de la sénatrice Nicole Bricq avec le montant des loyers de Mai 2008 :

"Dans son rapport, la sénatrice pointe particulièrement du doigt le ministère de la Justice, également épinglé par le député Gilles Carrez (PS) dans un rapport en octobre 2008. Il détient en effet trois des cinq baux les plus onéreux au mètre carré et quatre baux sur les 10 les plus onéreux. Nicole Bricq s’est étonnée que les décisions négatives du CIE (Conseil immobilier de l’Etat), dont la consultation est obligatoire pour les prises de bail supérieures à 1 million d’euro annuel, n’aient pas été respectées. Jean-Pierre Fourcade (sénateur UMP des Hauts de Seine) a également fait remarquer qu’un grand nombre d’autorités administratives récemment créées étaient logées dans des conditions excessivement coûteuses"

Les millions d’euros dépensés en trop et payés par les impôts pour ces bâtiments ne semblent pas être touchés par les "efforts" demandés pour boucher le trou de l'État.

Voici quelques exemples cités dans l’article des 20 loyers les plus chers de l’Etat :

"Depuis le début de l’année 2003, la cour de cassation loue des bureaux au carré Saint-Germain, dans le 6e arrondissement à Paris. S’y trouvent notamment le service de documentation et d’études, une annexe de la bibliothèque ainsi que des bureaux pour les magistrats. Ces bureaux appartiennent à la foncière Gecina, qui les loue pour 4,24 millions d’euros par an au ministère de la Justice. Le prix au mètre carré (880,92 euros) est pratiquement deux fois supérieur à la moyenne pratiquée dans le quartier (464 euros)."

"La direction des personnels et de l’adaptation de l’environnement professionnel gère les personnels de l’administration centrale du ministère du Budget et de la Fonction publique. Elle s’occupe également de sa gestion immobilière. Une gestion qu’elle ne s’applique pas forcément bien, puisque l’immeuble qu’elle occupe dans le 15e arrondissement de Paris est loué bien au-dessus de la moyenne des prix du quartier (461,54 euros/m² contre 383 euros/m²)."

"La direction des résidents à l’étranger et des services généraux gère le recouvrement des impôts des particuliers et des entreprises non résidents en France. On y trouve également le service informatique en charge du programme Copernic, qui gère la dématérialisation du paiement des impôts. Ce site, où travaillent environ 500 agents, occupe 27 214 m² de bureaux à Noisy le Grand. On peut donc dire qu’il y a de la place : 54,43 m²/agent, plus de trois fois la moyenne des autres administrations."


"L’immeuble "Le Brabant" , dans le 19e arrondissement de Paris, abrite le parquet du tribunal de police de Paris. Ce service dépend du tribunal de grande instance de Paris et s’occupe par exemple des contestations de contraventions. Le loyer annuel de cet immeuble s’élève à 3,32 millions d’euros pour 6 810 m², soit 488,47 euros/m² (hors taxes et hors charges). Bien supérieur à la moyenne de l’arrondissement, qui est de 243 euros/m²."

par roblin pour AGORAVOX, le jeudi 29 janvier 2009
Source : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=50784

Signaler un abus Revenir en haut de la page

nefer
Modérateur

28499 réponses

Posté - 02 févr. 2009 :  09:27:15  Voir le profil
Citation :
Initialement posté par Luc Standon

Les loyers exhorbitants payés par l’Etat


J’ai récemment découvert un article qui nous montre que les loyers payés par l’État pour certains de ces immeubles de bureaux sont exhorbitants. Il arrive même que le loyer soit deux fois plus cher que la porte à coté ! Malheureusement, cette information venant d’un rapport d’une sénatrice en octobre 2008 semble passée inaperçue.

J’ai découvert avec stupéfaction dans un article du journal du net "Les loyers les plus chers de l’Etat" un rapport qui nous explique que l’Etat ne semble pas regarder à la dépense en ce qui concerne ces bureaux en Ile-de-France, et qu’en plus certains loyers sont 2 fois plus chers que ceux pratiqués dans le même quartier, la porte à côté !

La source indiquée est celle d’un rapport de la sénatrice Nicole Bricq avec le montant des loyers de Mai 2008 :

"Dans son rapport, la sénatrice pointe particulièrement du doigt le ministère de la Justice, également épinglé par le député Gilles Carrez (PS) dans un rapport en octobre 2008. Il détient en effet trois des cinq baux les plus onéreux au mètre carré et quatre baux sur les 10 les plus onéreux. Nicole Bricq s’est étonnée que les décisions négatives du CIE (Conseil immobilier de l’Etat), dont la consultation est obligatoire pour les prises de bail supérieures à 1 million d’euro annuel, n’aient pas été respectées. Jean-Pierre Fourcade (sénateur UMP des Hauts de Seine) a également fait remarquer qu’un grand nombre d’autorités administratives récemment créées étaient logées dans des conditions excessivement coûteuses"

Les millions d’euros dépensés en trop et payés par les impôts pour ces bâtiments ne semblent pas être touchés par les "efforts" demandés pour boucher le trou de l'État.

Voici quelques exemples cités dans l’article des 20 loyers les plus chers de l’Etat :

"Depuis le début de l’année 2003, la cour de cassation loue des bureaux au carré Saint-Germain, dans le 6e arrondissement à Paris. S’y trouvent notamment le service de documentation et d’études, une annexe de la bibliothèque ainsi que des bureaux pour les magistrats. Ces bureaux appartiennent à la foncière Gecina, qui les loue pour 4,24 millions d’euros par an au ministère de la Justice. Le prix au mètre carré (880,92 euros) est pratiquement deux fois supérieur à la moyenne pratiquée dans le quartier (464 euros)."

"La direction des personnels et de l’adaptation de l’environnement professionnel gère les personnels de l’administration centrale du ministère du Budget et de la Fonction publique. Elle s’occupe également de sa gestion immobilière. Une gestion qu’elle ne s’applique pas forcément bien, puisque l’immeuble qu’elle occupe dans le 15e arrondissement de Paris est loué bien au-dessus de la moyenne des prix du quartier (461,54 euros/m² contre 383 euros/m²)."

"La direction des résidents à l’étranger et des services généraux gère le recouvrement des impôts des particuliers et des entreprises non résidents en France. On y trouve également le service informatique en charge du programme Copernic, qui gère la dématérialisation du paiement des impôts. Ce site, où travaillent environ 500 agents, occupe 27 214 m² de bureaux à Noisy le Grand. On peut donc dire qu’il y a de la place : 54,43 m²/agent, plus de trois fois la moyenne des autres administrations."


"L’immeuble "Le Brabant" , dans le 19e arrondissement de Paris, abrite le parquet du tribunal de police de Paris. Ce service dépend du tribunal de grande instance de Paris et s’occupe par exemple des contestations de contraventions. Le loyer annuel de cet immeuble s’élève à 3,32 millions d’euros pour 6 810 m², soit 488,47 euros/m² (hors taxes et hors charges). Bien supérieur à la moyenne de l’arrondissement, qui est de 243 euros/m²."

par roblin pour AGORAVOX, le jeudi 29 janvier 2009
Source : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=50784





LUC: commencez par corriger l'orthographe.......


Signaler un abus Revenir en haut de la page

Luc Standon
Pilier de forums

703 réponses

Posté - 04 févr. 2009 :  09:44:15  Voir le profil
Citation :
Initialement posté par nefer

LUC: commencez par corriger l'orthographe.....

En attente d'une meilleure réponse ou d'une réponse plus adéquate de votre part sur l'essentiel du point ainsi exposé.

Signaler un abus Revenir en haut de la page
Page : de 4
 Sujet Sujet Suivant  
Page précédente
 Forum fermé
 Imprimer le sujet
Aller à :
Universimmo.com © 2000-2006 AEDev Revenir en haut de la page
   



Accueil I Copros I Bailleurs I Locataires Articles I Dossiers I Lexique I Guide Technique I WWW I Fiches Pratiques I Revue de Presse
Forums I Guide Entreprises I Argus de l'Immobilier I UniversImmo-Pro.com

Copyright © 2000-2022 UniversImmo - SAS AEDév - tous droits réservés.
Informations légales | Contactez nous | Votre Publicité sur UniversImmo.com